Constituant pour beaucoup une soudaine incursion dans l'espace public, la ronde des premiers romans ressemble parfois au bal des débutantes. Si, à quelques heures de la parution de La Vraie Vie, Adeline Dieudonné a parfois l'impression de jouer un rôle, celui de l'auteure en promo, celui-ci lui va comme une pantoufle de verre. Son premier roman, bel ouvrage d'initiation mâtiné de fantastique, nous a fait forte impression. Débutée sur les chapeaux de roue, sa carrière d'écrivaine appelle un bref saut dans le passé, lorsque la Bruxelloise commence à écrire "un peu par hasard il y a deux ans"... Accaparée par "la vraie vie" (celle qui s'écrit aussi en minuscules, dans les pointillés), la jeune femme oscille alors entre vie de famille et travail alimentaire, non sans constater que les rouages se grippent. "J'ai commencé à écrire parce que j'étais perdue. J'avais lâché mon boulot dans un bureau d'architecture parce que je ne trouvais aucun sens à ce que je faisais. Entre les attentats et la crise migratoire, tout à coup, je ne comprenais plus le monde dans lequel je vivais. J'avais envie d'en parler mais je ne sava...