1. Stan Lee s'appelle en réalité Stanley Martin Lieber

Alors qu'il n'a que 17 ans, il commence à travailler comme assistant pour la société Timely Comics. Sa première oeuvre est publiée en 1941, il s'agit d'une page de texte publiée dans le comic Captain America. Décidé à ne pas utiliser son vrai nom qu'il souhaite réserver à la signature de ses futurs romans, il signe la page de bande dessinée avec le pseudonyme Stan Lee, convaincu de réaliser des grandes oeuvres littéraires. Il a déclaré: "J'espérais qu'un jour j'écrirais un grand roman américain et je ne voulais pas utiliser mon véritable nom pour ses petites idioties de comics."

2. Il a été marié 70 ans à Joan B. Lee

Stan Lee rencontre Joan dans les années 40 alors qu'elle est mannequin à New York. Après s'être fréquentés pendant deux semaines, Stan Lee demande la main de Joan. De cette union le 5 décembre 1947 naîtront deux filles, Joan Celia Lee née en 1950 et Jan Lee, décédée trois jours après l'accouchement en 1953. Véritable muse, Joan a inspiré Lee pour les premières incarnations des Quatre Fantastiques ainsi que le personnage de Gwen Stacy, premier amour de Peter Parker. "Il m'a toujours dit que j'avais un visage de dessin animé", a déclaré Joan. "Je n'ai jamais trouvé que c'était un compliment mais j'imagine que c'est logique avec mon petit nez, mes grands yeux et mes grandes dents..." Soutien sans faille pour son époux, c'est elle qui l'a dissuadé de quitter la BD alors que ses supérieurs lui intimaient l'ordre de simplifier son vocabulaire. "Fais-le. Fais-le exactement à ta façon. Coule ou nage", a-t-elle rétorqué à son mari lorsque celui-ci faisait face aux critiques adressées à l'ébauche de son nouveau personnage, Spider-Man. Elle est apparue dans quelques films Marvel, notamment aux côtés de son mari dans X-Men Apocalypse. Joan est décédée le 6 juillet 2017 des suites d'un accident vasculaire cérébral.

3. Il a été rédacteur en chef dans une maison d'édition de comics à 19 ans

Nouvelle recrue dans la société Timely Comics, il s'occupait d'apporter les repas aux rédacteurs et était en charge d'effacer les traces de crayon sur les pages de bandes dessinées une fois terminées. Il débute en scénarisant des comics et devient remplisseur de texte en 1941 dans le Captain America Comics No.3. Trois éditions plus tard, il co-crée Le Destroyer, bande dessinée illustrant un journaliste en territoire nazi recevant un prototype de sérum de super soldat par des scientifiques nazis. Pistonné par son oncle et éditeur du Timely Comics, Robert Solomon, qui cherche à remplacer deux rédacteurs licenciés, Lee est invité à les remplacer temporairement. Stan Lee devient alors rédacteur en chef au Timely Comics à seulement 19 ans avant d'être appelé sous les drapeaux. "Que savez-vous lorsque vous avez 19 ans?", a confié Lee. "Je lui ai dit que je pouvais le faire. Et c'était ça. Je suis devenu rédacteur en chef et je pense qu'il a oublié qu'il devait embaucher quelqu'un."

4. Star du caméo

Plus que scénariste, Stan Lee a réalisé pas loin d'une cinquantaine de caméos. Il s'agit d'une apparition furtive et dans son propre rôle dans un film. Tradition née en 1989 dans le téléfilm Le procès de l'incroyable Hulk, Stan Lee ne manqua (presque) pas une occasion d'apparaître dans chacun des films adaptés de ses bandes dessinées. Une clause spéciale dans son contrat avec Marvel stipule d'ailleurs qu'il doit apparaître dans tout film basé sur l'un de ses personnages. C'est ainsi qu'on a pu le voir en vendeur de gâteaux sur une plage en 2000 avec la sortie du premier opus d'X-Men, sauver une enfant dans Spider-Man ou être sauvé à son tour par Matt Murdock dans Daredevil, en facteur taquin dans Les Quatre Fantastiques en 2005 ou encore être pris pour Hugh Hefner par Tony Stark dans Iron Man en 2008. Stan Lee a avoué que son caméo préféré était celui dans Les Quatre Fantastiques et le Surfer d'Argent où il essaye de s'incruster au mariage de Reed et Sue. "C'est amusant. Pour environ douze secondes, j'ai l'impression d'être un acteur (...) Je préfère quand les caméos sont les plus drôles possible", déclarait-il en 2017.

5. Il a créé des centaines de personnages

Iron Man est l'un des personnages les plus populaires de l'univers de Marvel. Cependant, Stan Lee n'était pas sûr de convaincre le public avec ce nouveau superhéros. Créé en 1963 en pleine Guerre froide, Iron Man, personnage conçu pour être détesté du public, était avant tout un défi. "Nous étions à l'apogée de la Guerre froide. Les lecteurs détestaient la guerre et l'armée. J'ai donc imaginé un marchand d'armes fournissant des armes à l'armée, il était riche, c'était un industriel. Je pensais que cela serait amusant de prendre un type de personnage qu'aucun de nos lecteurs ne pourrait aimer, de le leur imposer et de leur faire apprécier." Un personnage qui aujourd'hui rapporte plus d'une centaine de millions de dollars à Marvel...

Spider-Man quant à lui, a été imaginé alors que Stan Lee observait une araignée se promenant sur son bureau. L'éditeur Martin Goldman et certains membres du comité directeur de Marvel ont immédiatement rejeté l'idée d'un personnage appelé "araignée". Décidant de ne pas les écouter et épauler par son épouse et Steve Dikto, il glisse la première aventure de Spider-Man dans les dernières pages du magazine Amazing Fantasy. Le numéro réalise des ventes retentissantes et les aventures de l'homme-araignée sortent dans une revue intitulée Amazing Spider-Man.

Hulk alias Bruce Banner, brillant physicien nucléaire bombardé par des rayons gamma se métamorphosant en créature colossale à la peau verte, devait à l'origine être gris. Stan Lee voulait une couleur qui ne représente aucune minorité ethnique. Suite à des problèmes d'imprimante et ce, à partir du deuxième numéro, Hulk est passé au vert.

Sans être systématique, Stan Lee a inventé un moyen mnémotechnique pour se rappeler des nombreux personnages qu'il a créés: ils possèdent les mêmes initiales de noms et de prénoms. Une façon de mieux se souvenir de Peter Parker, Susan Storm, Bruce Banner, Reed Richards, Otto Octavius ou encore Lois Lane.

6. Il a été le premier à faire apparaître de la drogue dans les comics

Au milieu des années 70, le Département américain de la santé et de l'éducation demande à Stan Lee de réaliser une bande dessinée montrant les dangers de la drogue. À travers un épisode de Spider-Man, il met en scène Harry Osborn faisant un bad trip au LSD suite à une rupture. La Comic Code Authority, qui valide ou non les comics aux USA, n'a pas approuvé et décide de ne pas accorder son sceau, les règles de l'époque interdisant de décrire la consommation de drogue. Stan Lee et Marvel décident de quand même sortir l'épisode. Fort d'un succès sans précédent, la CCA n'a pas eu d'autre choix que de changer sa politique et d'autoriser l'apparition de drogues dans les comics.

8. Il a réalisé une émission de télévision

Stan Lee et les Super-Humains, diffusée à partir de 2010 sur History, était animée par Stan Lee et Daniel Browning Smith, un contorsionniste, qu'il suivait partout dans le monde à la recherche de superhéros de la vie réelle, des personnes aux traits physiques ou mentaux exceptionnels. Ils ont rencontré des gens incroyables: des personnes pouvant supporter des quantités fatales d'électricité, un homme aveugle capable de ressentir le monde à l'aide d'écholocation, le pistolero le plus rapide et le plus précis du monde encore en vie, un Finlandais dont le corps peut supporter des températures proches de l'ébullition, l'homme élastique, celui qui mange n'importe quoi, un autre qui ne connait pas la douleur ou encore un Hindou qui escalade des murs avec une rapidité hors du commun. Arrêtée en 2014, l'émission comptabilise 31 épisodes répartis sur deux saisons.

Emilie Petit