Le Bordel de la poésie

Le 11/04 dès 21h à l'Hôtel du Berger, Bruxelles

Un concept qui associerait, le temps d'une soirée, deux des plus vieux métiers du monde? L'idée est audacieuse, mais pas si improbable. A la rencontre de l'écriture et de la prostitution, "Le Bordel de la poésie" se propose de vendre des vers comme on vendrait son corps. Le principe? Payer un poète pour qu'il vous fasse lecture très privée dans l'une des chambres d'un hôtel. L'idée vient des States et fait depuis quelques années régulièrement hôtel comble du côté de Gand et Anvers. Importée pour la première fois à Bruxelles, cette nouvelle manière de consommer la poésie -dépoussiérée, désacadémisée, incarnée, prostituée- prendra pour la première fois ses quartiers bruxellois au creux des couloirs et derrière les portes de l'hôtel art déco du Berger, ancien repaire confidentiel d'amants infidèles. La nuit se terminera sur une soirée feutrée, dans les luxuriants salons de l'ex-maison de rendez-vous, façon L'Apollonide de Bertrand Bonello. Une invitation à la débauche versifiée? On est curieux.

www.facebook.com/poeziebordeel

---

L.A. Rebellion

Jusqu'au 17/04 à la Cinematek, Bruxelles

En partenariat avec le Festival Courtisane, à Gand, la Cinematek consacre, jusqu'au 17 avril, un intéressant cycle à Charles Burnett, l'une des figures de proue de la L.A. Rebellion. Derrière cette appellation se cache un collectif de cinéastes afro-américains sortis de l'école de cinéma de l'UCLA, de la fin des années 60 au crépuscule des années 80, et qui allaient s'attacher à dépeindre l'existence des communautés noires des Etats-Unis et d'ailleurs. Ainsi de Burnett, dont le premier long métrage Killer of Sheep (1977), prix Fipresci à Berlin, est une chronique d'inspiration néoréaliste de la vie au quotidien dans le ghetto de Watts. Une démarche quasi-documentaire renouvelée ensuite dans My Brother's Wedding (1983), To Sleep with Anger (1990) (réalisé avec le concours de Danny Glover), ou encore The Glass Shield (1994), autant de films évoquant l'expérience afro-américaine contemporaine avec un souci constant de vérité. A découvrir d'urgence...

www.cinematek.be

---

Leftorium vs Forma T

Le 10/04 au Bazaar, Bruxelles

Tiens, qui voilà! Alors qu'on l'avait un peu perdue de vue, l'enseigne Format T repasse par Bruxelles, invitée de la prochaine soirée Leftorium. En "top of the bill", Prins Thomas et Romare!

www.leftorium.be

---

Flash Forward

Le 11/04 au Rockerill, Charleroi

A peine remis de son festival punk-garage, le Rockerill accueillera une nouvelle soirée Fast Forward, consacrée cette fois au label techno culte R&S, avec entre autres Paula Temple, Renaat...

www.rockerill.com

---

God Save the 90's

Le 10/04 à Tour & Taxis, Bruxelles

Le succès des soirées God Save the 90's n'est plus à démontrer: 13 éditions et presque autant de cartons pleins, du bar du Bota à... Tour & Taxis, qui accueillera ce vendredi quelque 5000 fêtards fluos devant un concert de 2 Unlimited (!), qui se jouera à guichet fermé.

www.godsavethe90s.be

---

Powersolo

Le 11/04 à l'Entrepôt, Arlon

Le trio rock'n'roll danois, qui sert fréquemment de backing band européen à Jon Spencer, sortait l'an dernier un excellent sixième album, le rutilant et rétro The Real Sound. L'occasion de faire un passage ce week-end du côté d'Arlon, dans la salle fraîchement rénovée de l'Entrepôt.

www.entrepotarlon.be

---

Sorties cinéma de la semaine

(nos critiques en cliquant sur les titres)

Shaun the Sheep ****, ou la magie des premiers Wallace et Gromit

Lost River **, quand Ryan Gosling arpente les cendres du rêve américain

Boychoir **, film d'apprentissage aux clichés sentimentaux

Pourquoi j'ai pas mangé mon père **, relecture humoristique de la préhistoire

Son of a Gun **, film au sujet rabâché

---

Odyssées africaines

Jusqu'au 17/05 au Brass, Forest

Alors que le Wiels se penche jusqu'au 3 mai sur la question de la féminité, du sexe et du corps dans l'oeuvre de six artistes africaines, le BRASS -Centre Culturel de Forest- lui fait écho en programmant Odyssées africaines. Le propos de cette exposition est à la fois historique et contemporain, soit un remède de cheval vivement recommandé à l'usage de tous ceux qui penseraient encore que "l'homme africain n'est jamais entré dans l'Histoire". L'événement prend pour point de départ la "Croisière noire", une expédition française en forme d'entreprise coloniale qui s'est déroulée il y a tout juste 90 ans dans le sud-est du continent, traversant 11 pays. A la lumière de ce fait d'une autre époque, 17 artistes, peu ou jamais montrés, originaires de cette partie du monde scrutent le "Continent fantôme", comme l'a nommé Michel Leiris, d'hier et d'aujourd'hui. Le projet est salutaire tant il permet de faire surgir d'autres images et représentations d'une société perçue à travers un incessant écran de fumée. Les 17 plasticiens conviés prouvent par leurs travaux combien "ils sont les dépositaires de leur histoire" et combien leur engagement dans le mouvement du monde est bien réel. Le tout pour un panorama varié qui s'étend des images d'Yves Sambu, sur les fameux rois de la SAPE congolais, aux films de Rina Ralay-Ranaivo qui interrogent la mémoire, en passant par le travail d'Ato Malinda autour des minorités LGBT de Nairobi.

www.lebrass.be

Le Bordel de la poésieLe 11/04 dès 21h à l'Hôtel du Berger, BruxellesUn concept qui associerait, le temps d'une soirée, deux des plus vieux métiers du monde? L'idée est audacieuse, mais pas si improbable. A la rencontre de l'écriture et de la prostitution, "Le Bordel de la poésie" se propose de vendre des vers comme on vendrait son corps. Le principe? Payer un poète pour qu'il vous fasse lecture très privée dans l'une des chambres d'un hôtel. L'idée vient des States et fait depuis quelques années régulièrement hôtel comble du côté de Gand et Anvers. Importée pour la première fois à Bruxelles, cette nouvelle manière de consommer la poésie -dépoussiérée, désacadémisée, incarnée, prostituée- prendra pour la première fois ses quartiers bruxellois au creux des couloirs et derrière les portes de l'hôtel art déco du Berger, ancien repaire confidentiel d'amants infidèles. La nuit se terminera sur une soirée feutrée, dans les luxuriants salons de l'ex-maison de rendez-vous, façon L'Apollonide de Bertrand Bonello. Une invitation à la débauche versifiée? On est curieux.www.facebook.com/poeziebordeel---L.A. RebellionJusqu'au 17/04 à la Cinematek, BruxellesEn partenariat avec le Festival Courtisane, à Gand, la Cinematek consacre, jusqu'au 17 avril, un intéressant cycle à Charles Burnett, l'une des figures de proue de la L.A. Rebellion. Derrière cette appellation se cache un collectif de cinéastes afro-américains sortis de l'école de cinéma de l'UCLA, de la fin des années 60 au crépuscule des années 80, et qui allaient s'attacher à dépeindre l'existence des communautés noires des Etats-Unis et d'ailleurs. Ainsi de Burnett, dont le premier long métrage Killer of Sheep (1977), prix Fipresci à Berlin, est une chronique d'inspiration néoréaliste de la vie au quotidien dans le ghetto de Watts. Une démarche quasi-documentaire renouvelée ensuite dans My Brother's Wedding (1983), To Sleep with Anger (1990) (réalisé avec le concours de Danny Glover), ou encore The Glass Shield (1994), autant de films évoquant l'expérience afro-américaine contemporaine avec un souci constant de vérité. A découvrir d'urgence...www.cinematek.be---Leftorium vs Forma TLe 10/04 au Bazaar, BruxellesTiens, qui voilà! Alors qu'on l'avait un peu perdue de vue, l'enseigne Format T repasse par Bruxelles, invitée de la prochaine soirée Leftorium. En "top of the bill", Prins Thomas et Romare!www.leftorium.be---Flash ForwardLe 11/04 au Rockerill, CharleroiA peine remis de son festival punk-garage, le Rockerill accueillera une nouvelle soirée Fast Forward, consacrée cette fois au label techno culte R&S, avec entre autres Paula Temple, Renaat...www.rockerill.com---God Save the 90'sLe 10/04 à Tour & Taxis, BruxellesLe succès des soirées God Save the 90's n'est plus à démontrer: 13 éditions et presque autant de cartons pleins, du bar du Bota à... Tour & Taxis, qui accueillera ce vendredi quelque 5000 fêtards fluos devant un concert de 2 Unlimited (!), qui se jouera à guichet fermé.www.godsavethe90s.be---PowersoloLe 11/04 à l'Entrepôt, ArlonLe trio rock'n'roll danois, qui sert fréquemment de backing band européen à Jon Spencer, sortait l'an dernier un excellent sixième album, le rutilant et rétro The Real Sound. L'occasion de faire un passage ce week-end du côté d'Arlon, dans la salle fraîchement rénovée de l'Entrepôt. www.entrepotarlon.be---Sorties cinéma de la semaine(nos critiques en cliquant sur les titres)Shaun the Sheep ****, ou la magie des premiers Wallace et GromitLost River **, quand Ryan Gosling arpente les cendres du rêve américainBoychoir **, film d'apprentissage aux clichés sentimentauxPourquoi j'ai pas mangé mon père **, relecture humoristique de la préhistoireSon of a Gun **, film au sujet rabâché---Odyssées africainesJusqu'au 17/05 au Brass, ForestAlors que le Wiels se penche jusqu'au 3 mai sur la question de la féminité, du sexe et du corps dans l'oeuvre de six artistes africaines, le BRASS -Centre Culturel de Forest- lui fait écho en programmant Odyssées africaines. Le propos de cette exposition est à la fois historique et contemporain, soit un remède de cheval vivement recommandé à l'usage de tous ceux qui penseraient encore que "l'homme africain n'est jamais entré dans l'Histoire". L'événement prend pour point de départ la "Croisière noire", une expédition française en forme d'entreprise coloniale qui s'est déroulée il y a tout juste 90 ans dans le sud-est du continent, traversant 11 pays. A la lumière de ce fait d'une autre époque, 17 artistes, peu ou jamais montrés, originaires de cette partie du monde scrutent le "Continent fantôme", comme l'a nommé Michel Leiris, d'hier et d'aujourd'hui. Le projet est salutaire tant il permet de faire surgir d'autres images et représentations d'une société perçue à travers un incessant écran de fumée. Les 17 plasticiens conviés prouvent par leurs travaux combien "ils sont les dépositaires de leur histoire" et combien leur engagement dans le mouvement du monde est bien réel. Le tout pour un panorama varié qui s'étend des images d'Yves Sambu, sur les fameux rois de la SAPE congolais, aux films de Rina Ralay-Ranaivo qui interrogent la mémoire, en passant par le travail d'Ato Malinda autour des minorités LGBT de Nairobi.www.lebrass.be