Sophie Bruneau: "Le capitalisme est mortifère, il détisse tout lien entre les gens"

12/09/18 à 10:08 - Mise à jour à 10:09
Du Le Vif Focus du 06/09/18

Face à l'économie qui domine jusqu'aux rêves, Sophie Bruneau use du cinéma pour recréer du lien. Rencontre avec la réalisatrice de Rêver sous le capitalisme.

"L'image ira sans dire!" Sophie Bruneau ne fait pas du cinéma pour illustrer un discours. Si elle recueille dans son nouveau film les témoignages d'une douzaine d'intervenants qui évoquent un rêve lié au travail avant de l'interpréter, jamais ses images ne sont le pléonasme de ce qui est dit. La Corde du diable, avant-dernier film en date de la réalisatrice française établie à Bruxelles, explorait le sujet du fil de fer barbelé et de ses usages normatifs, liberticides, avec ce mélange particulier de politique et de poétique exposé à nouveau dans Rêver sous le capitalisme. Il n'est pas surprenant d'entendre Bruneau évoquer Gaston Bachelard (1884-1962), le philosophe du temps et des éléments qui rapprochait sans relâche science et imagination. "Je crois, comme lui, qu'il y a une dimension onirique dans la réalité", déclare celle dont les documentaires savent remarquablement capter cette dimension ...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires