"The Revolution introduced me to art, and in turn, art introduced me to the Revolution." La phrase a pour auteur Albert Einstein. Elle nous revient en mémoire à la lecture du programme de rentrée du cinéma Nova, écran à tête chercheuse de la cinéphilie bruxelloise. Septembre et octobre y seront donc placés sous le titre Ré/créations Révolutions, avec une sélection de films cultivant tout à la fois un esprit révolutionnaire au sens politique du terme et un sens de l'expérimentation formelle portant le fer de la contestation au coeur même du langage cinématographique. De quoi satisfaire rétrospectivement cette grande figure de l'anarchisme qu'était Emma Goldman, et qui lançait à ses camarades communistes: "Si je ne peux pas y danser, je ne veux pas prendre part à votre révolution!" Et battre en brèche cette idée réductrice et pourtant tellement répandue qu'une révolution se doit d'être sérieuse comme la mort, de chasser toute joie et avec celle-ci l'ardeur créative d'une libre expression artistique(1). Au menu du Nova: une rétrospective de l'...