Geena Davis, lauréate de l'Oscar du meilleur second rôle féminin pour "Voyageur malgré lui" en 1988, "est une militante passionnée de l'égalité des sexes". Elle a notamment fondé un institut destiné à combattre les inégalités et les stéréotypes visant les femmes au cinéma et à la télévision, relève l'Académie dans son communiqué publié lundi.

Geena Davis a aussi créé le festival du film de Bentonville pour promouvoir la place des femmes et de la diversité dans l'industrie du divertissement.

La star de "Thelma et Louise" a été choisie pour recevoir, le 27 octobre, le prix humanitaire Jean Hersholt, Oscar attribué de manière irrégulière par l'Académie pour récompenser un individu "dont l'action humanitaire a fait honneur à l'industrie du cinéma".

Sélectionné aux Oscars à de multiples reprises mais toujours malheureux en compétition, le réalisateur David Lynch ("Elephant Man", "Blue Velvet", "Mulholland Drive", etc.) se verra enfin remettre une statuette d'honneur lors de la cérémonie des "Governors Awards".

Américain d'origine Cherokee, Wes Studi recevra lui aussi un Oscar d'honneur cet automne, une première pour un acteur amérindien. "Je suis très honoré", a tweeté le comédien qui s'est illustré notamment dans "Danse avec les loups", "Le Dernier des Mohicans", "Heat" et "Avatar".

Wes Studi, 71 ans, "s'est beaucoup investi dans la politique et le militantisme en faveur des Amérindiens" après s'être engagé dans l'armée pour aller combattre durant la guerre du Vietnam, souligne l'Académie.

Quant à Lina Wertmüller, 92 ans, elle est la première femme à avoir été sélectionnée par les Oscars dans la catégorie du "meilleur réalisateur". En 1976, elle était en lice dans cette catégorie et aussi le "meilleur scénario original" pour son film "Pasqualino".

Réputée pour ses satires de la société et des moeurs italiennes, la cinéaste, qui fut assistante de Fellini sur "8 1/2", a également signé "Mimi métallo blessé dans son honneur" ou encore "D'amour et de sang", avec Marcello Mastroianni et Sophia Loren.