Plutôt cancre sur les bancs scolaires, Geoffroy De Wandeleer a passé son véritable graduat de vie à Ibiza, à une époque où tout n'était pas encore cadenassé par le big business comme ça l'est aujourd'hui. Cela ne payait pas vraiment d'y jouer dans les bars et les afters mais au retour au pays, après deux saisons entières sur l'île, Geoffroy avait un argument de poids sur son CV. A savoir, une capacité évidente à gérer les fêtards extrêmes, les plus féroces, les plus fous. Il y gagné sa réputation de "deejay de fin de nuit", aux sélections plus ouvertes que les kilomètres de house ou de techno tartinés par ses confrères.

Il se fit connaître en Belgique durant les années Food, soirée house régulière sise au Silo de Leuven, plus irrégulièrement au Fool Moon de Bruxelles, avec DJ Raoul et tout le gotha DJ international de l'époque. Des années de gloire et d'invitations à l'étranger qui prirent fin alors que l'electroclash balaya la house, début des années 2000. Geoffroy a toutefois survécu, se réinventant au passage, piquant le nom de son projet musical, Mugwump, à William Burroughs (et non à Harry Potter) et retrouvant ses racines musicales plus "ouvertes et sombres", new-beat et balléariques, où le beat priviliégié est lourd, lent, bizarre et souvent assez camé. Une option également défendue par quelques réguliers des soirées Leftorium, tels Andrew Weatherall, Ivan Smagghe et les Allemands du label Kompakt. La grande famille des clubbeurs quadragénaires, le club de gentlemen extraordinnaires. (SC)

Plutôt cancre sur les bancs scolaires, Geoffroy De Wandeleer a passé son véritable graduat de vie à Ibiza, à une époque où tout n'était pas encore cadenassé par le big business comme ça l'est aujourd'hui. Cela ne payait pas vraiment d'y jouer dans les bars et les afters mais au retour au pays, après deux saisons entières sur l'île, Geoffroy avait un argument de poids sur son CV. A savoir, une capacité évidente à gérer les fêtards extrêmes, les plus féroces, les plus fous. Il y gagné sa réputation de "deejay de fin de nuit", aux sélections plus ouvertes que les kilomètres de house ou de techno tartinés par ses confrères. Il se fit connaître en Belgique durant les années Food, soirée house régulière sise au Silo de Leuven, plus irrégulièrement au Fool Moon de Bruxelles, avec DJ Raoul et tout le gotha DJ international de l'époque. Des années de gloire et d'invitations à l'étranger qui prirent fin alors que l'electroclash balaya la house, début des années 2000. Geoffroy a toutefois survécu, se réinventant au passage, piquant le nom de son projet musical, Mugwump, à William Burroughs (et non à Harry Potter) et retrouvant ses racines musicales plus "ouvertes et sombres", new-beat et balléariques, où le beat priviliégié est lourd, lent, bizarre et souvent assez camé. Une option également défendue par quelques réguliers des soirées Leftorium, tels Andrew Weatherall, Ivan Smagghe et les Allemands du label Kompakt. La grande famille des clubbeurs quadragénaires, le club de gentlemen extraordinnaires. (SC)