Pour sa première expérience en tant que réalisateur, Russell Crowe ne laisse à personne d'autre le soin d'incarner le héros brisé qui noyaute ce vaste récit d'aventures débutant en 1919. Soit trois ans après la fin de la bataille des Dardanelles, dans la péninsule de Gallipoli, épisode douloureux responsable de la mort des trois fils d'un modeste paysan et sourcier australien. Lequel jurera sur la tombe de son épouse suicidée de retrouver et de ramener leurs corps -d'où le titre français et polysémique du film, La Promesse d'une vie. Embarqué dans une aventure humaine ouverte sur le monde, où il s'agit avant tout de panser ses blessures et d'apprendre à vivre en paix avec ses fantômes, il est alors amené depuis Istanbul à sillonner un pays certes ravagé par la guerre, mais aussi riche d'enseignements à même de faire vaciller ses certitudes... Drame historique épique et ambitieux aux limpides résonances contemporaines, The Water Diviner ose le premier degré total et les sentiments exacerbés. Situant ses enjeux au confluent du trivial et du sacré, du tragique et du magique, cette ode vibrante au pardon, à la tolérance et au partage entre les peuples ploie aussi du coup plus qu'à son tour sous ses accents mélodramatiques, volontiers outranciers -un recours incessant au ralenti, une intrigue amoureuse cousue de fil blanc, un final caféiné à peine digne d'une pub Nespresso. Au-delà de ces maladresses de "débutant" se révèle pourtant ici un vrai regard de cinéaste, généreux, ample, sensible, capable de complexité et de rigueur. Et si Russell Crowe était un nouveau David Lean en puissance? Réponse, peut-être, avec sa prochaine réalisation, The Happiest Refugee.

DE ET AVEC RUSSELL CROWE. AVEC AUSSI OLGA KURYLENKO, JAI COURTNEY, YILMAZ ERDOGAN. 1H51. SORTIE: 15/04.

Dans le Focus du 10 avril, l'interview de Russell Crowe; 4 acteurs-stars passés à la réalisation...

Pour sa première expérience en tant que réalisateur, Russell Crowe ne laisse à personne d'autre le soin d'incarner le héros brisé qui noyaute ce vaste récit d'aventures débutant en 1919. Soit trois ans après la fin de la bataille des Dardanelles, dans la péninsule de Gallipoli, épisode douloureux responsable de la mort des trois fils d'un modeste paysan et sourcier australien. Lequel jurera sur la tombe de son épouse suicidée de retrouver et de ramener leurs corps -d'où le titre français et polysémique du film, La Promesse d'une vie. Embarqué dans une aventure humaine ouverte sur le monde, où il s'agit avant tout de panser ses blessures et d'apprendre à vivre en paix avec ses fantômes, il est alors amené depuis Istanbul à sillonner un pays certes ravagé par la guerre, mais aussi riche d'enseignements à même de faire vaciller ses certitudes... Drame historique épique et ambitieux aux limpides résonances contemporaines, The Water Diviner ose le premier degré total et les sentiments exacerbés. Situant ses enjeux au confluent du trivial et du sacré, du tragique et du magique, cette ode vibrante au pardon, à la tolérance et au partage entre les peuples ploie aussi du coup plus qu'à son tour sous ses accents mélodramatiques, volontiers outranciers -un recours incessant au ralenti, une intrigue amoureuse cousue de fil blanc, un final caféiné à peine digne d'une pub Nespresso. Au-delà de ces maladresses de "débutant" se révèle pourtant ici un vrai regard de cinéaste, généreux, ample, sensible, capable de complexité et de rigueur. Et si Russell Crowe était un nouveau David Lean en puissance? Réponse, peut-être, avec sa prochaine réalisation, The Happiest Refugee.