...

C'est l'histoire de Sarah et Saleem. Elle est tenancière d'un café de Jérusalem Ouest, lasse de devoir déménager à chaque nouvelle affectation de son mari, colonel de Tsahal. Il est livreur pour une boulangerie de Jérusalem Est, peinant à joindre les deux bouts, et souffrant de l'omniprésence de la famille de sa femme, sur le point d'accoucher de leur premier enfant. Entre eux, il n'y a, de prime abord, qu'une banale liaison adultère, faite de rendez-vous nocturnes et d'étreintes passionnées à répétition à l'arrière d'une camionnette. Mais voilà, elle est israélienne et il est palestinien, et le soir où les circonstances les conduisent à Bethléem, dans les territoires occupés, ils se trouvent impliqués dans un incident dont les répercussions en cascade vont rapidement les dépasser... Trois ans après Love, Theft and Other Entanglements, le film qui les révélait, les cinéastes palestiniens Muayad et Rami Musa Alayan (le premier à la réalisation, son frère à l'écriture) signent, avec The Reports on Sarah and Saleem, un deuxième essai tendu et suffocant, en dépit de certaines longueurs et autres acrobaties scénaristiques. Soit, inspiré de faits réels et construit en un crescendo implacable, un drame intime emportant son couple d'amants et leur entourage dans la tourmente. Mais aussi un film politique dressant le portrait sans concession d'une société sous haute surveillance et gangrenée par un conflit inextricable, les enjeux s'enchevêtrant en une toile qui se referme inexorablement sur les protagonistes. Fort.