Sur les brisées d'un premier film déjà très intense, le jeune réalisateur gallois vivant en Indonésie abandonne certes la structure en huis clos claustrophobe si efficace de The Raid (intégralement situé dans un immeuble où s'affrontent police et malfrats). Mais il persiste heureusement dans son mélange de suspense, d'action et de violence poussé à l'extrême de son potentiel détonant. Avec notamment et surtout une scène de poursuite automobile parmi les plus formidables jamais tournées! Le récit met en scène, à Djakarta, le policier d'élite Rana (joué par Iko Uwais comme dans le premier film), infiltré pour combattre tout à la fois l'emprise du crime sur la ville, et la corruption dans des forces de l'ordre souvent complices des mafias. Une mission difficile, voire impossible, même pour un combattant déterminé, conscient de la solitude qui sera probablement la sienne face à une double adversité... Sa durée (2h30) n'empêche pas The Raid 2 de captiver tout au long, tant la réalisation d'Evans est percutante, inventive et rythmée. De la chorégraphie des affrontements au montage, le film frappe sans relâche, tel un boxeur survolté. On en reste K.O., mais conscient d'avoir vu un grand film de genre.

  • POLICIER / ACTION DE GARETH EVANS. AVEC IKO UWAIS, JULIE ESTELLE, YAYAN RUHIAN. 2H30. SORTIE: 30/07.
Sur les brisées d'un premier film déjà très intense, le jeune réalisateur gallois vivant en Indonésie abandonne certes la structure en huis clos claustrophobe si efficace de The Raid (intégralement situé dans un immeuble où s'affrontent police et malfrats). Mais il persiste heureusement dans son mélange de suspense, d'action et de violence poussé à l'extrême de son potentiel détonant. Avec notamment et surtout une scène de poursuite automobile parmi les plus formidables jamais tournées! Le récit met en scène, à Djakarta, le policier d'élite Rana (joué par Iko Uwais comme dans le premier film), infiltré pour combattre tout à la fois l'emprise du crime sur la ville, et la corruption dans des forces de l'ordre souvent complices des mafias. Une mission difficile, voire impossible, même pour un combattant déterminé, conscient de la solitude qui sera probablement la sienne face à une double adversité... Sa durée (2h30) n'empêche pas The Raid 2 de captiver tout au long, tant la réalisation d'Evans est percutante, inventive et rythmée. De la chorégraphie des affrontements au montage, le film frappe sans relâche, tel un boxeur survolté. On en reste K.O., mais conscient d'avoir vu un grand film de genre.