Elle siège depuis 1993 à la Cour suprême, la plus haute juridiction des États-Unis. À presque 86 ans, Ruth Bader Ginsburg reste une figure marquante de la lutte pour les droits des femmes. On doit à la native de Brooklyn des avancées considérables dans le domaine de la justice et des libertés civiles. Ruth fut une jeune juriste idéaliste, confrontée à un monde masculin hautement conservateur mais qu'elle ne se lassa pas de défier jusqu'à ce qu'il évolue. Son combat exemplaire méritait d'être narré dans un film accessible au plus large public. C'est désormais chose faite, dans un On the Basis of Sex où l'actrice Felicity Jones l'incarne avec brio. Celle à qui Rogue One, le meilleur spin off de Star Wars, a offert une visibilité absolument méritée interprète Bader Ginsburg dans ses jeunes années, au fil de ses premières victoires contre la discrimination sexuelle traduite par tant de jugements. Elle nous fait partager ses élans, apprécier sa force morale et mentale, admirer son jusqu'au-boutisme dans la défense d'une cause majeure. Certes, le film ne se signale par aucune qualité cinématographique particulière. Mimi Leder est une réalisatrice de tempérament routinier (The Peacemaker et Deep Impact). Son travail sur la série The Leftovers l'a récemment rappelée à l'attention d'Hollywood. Mais l'anonymat de la facture n'empêche pas le récit de captiver, et ses nombreuses résonances d'émouvoir tout en donnant à penser. Car comme disait l'autre, la lutte continue...

De Mimi Leder. Avec Felicity Jones, Armie Hammer, Justin Theroux. 2h01. Sortie: 06/03. ***(*)

>> Lire l'interview de Felicity Jones dans Le Vif Weekend.