L'évolution du cinéma d'horreur US est assez fascinante. Au déchaînement de cruauté gratuite du début du siècle (Saw), au "found footage" (Paranormal Activity) puis au regain des films de hantise (Insidious, The Conjuring et leurs suites) qui marquèrent le début de la dernière décennie, s'est ajouté récemment une vague de films faisant écho aux réalités sociales, à la question du racisme (Get Out et Us après American Nightmare et ses sequels). Au coeur de cette évolution, Jason Blum. Saw, Paranormal Activity, Insidious, American Nightmare, Get out et Us sont tous issus de sa société Blumhouse Production! À bientôt 50 ans, Jason règne sur le genre, avec des excursions notables en dehors comme le BlacKkKlansman de Spike Lee. C'est donc tout logiquement qu'on le retrouve derrière Ma, nouveau film d'horreur à résonance ethnique et sociale.

Un groupe d'adolescents en quête d'alcool demandent à une dame de les aider à en acheter. Suite à quoi cette aimable employée de la clinique vétérinaire locale leur propose d'utiliser le sous-sol de sa maison pour leurs fêtes à venir. Les jeunes sont à la fois heureux et surpris de l'enthousiasme de celle qu'ils appellent Ma. Ils ignorent qu'elle fut victime, dans ses années de lycée, d'humiliations liées à son physique ingrat, à la couleur de sa peau sans doute aussi. De quoi nourrir quelque projet de vengeance... Parti sur ces bases, Ma promettait à la fois frissons et résonances humaines. Hélas, il ne distille qu'ennui, résultant d'une intrigue trop lente à démarrer, puis d'une indigestion de gore dans un dernier quart d'heure où la violence se déchaîne, outrancière. Même Jason Blum peut donc se tromper...

De Tate Taylor. Avec Octavia Spencer, Diana Silvers, Juliette Lewis. 1h40. Sortie: 05/06. **