[Critique ciné] Les Coeurs verts, d'une lucidité tranchante

27/11/18 à 16:03 - Mise à jour à 16:03
Du Le Vif Focus du 22/11/18

DRAME | Retour fulgurant pour un film subversif de 1966, et pour son auteur injustement oublié: Édouard Luntz.

Cinquante ans et encore toutes ses dents! Les Coeurs verts porte bien son demi-siècle, lui qui précéda de deux ans Mai 68 et dont l'esprit gaillardement subversif garde aujourd'hui encore une charge électrisante quasi intacte. Le film raconte l'histoire de deux "blousons noirs". Zim et Jean-Pierre se sont rencontrés juste avant leur sortie de prison. Devenus amis, ils se retrouvent à Nanterre, la banlieue où ils ont grandi dans un milieu prolétaire, à l'ombre des barres de béton et des murmures désapprobateurs visant les "petits voyous", les "mauvais garçons". Zim n'entend pas retou...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires