Présenté en compétition lors du dernier festival de Cannes, La Lune de Jupiter a profondément divisé la critique. Kornél Mundruczó (Delta, White God) y met en scène Aryan, un jeune réfugié syrien qui, abattu en tentant de franchir clandestinement la frontière magyare, va se découvrir immortel, doté qui plus est du pouvoir de léviter. Disposition dont un médecin corrompu va vouloir détourner le caractère miraculeux à son profit... Débutant sous de fascinants auspices, le film du cinéaste hongrois ne tient malheureusement pas ses promesses, changeant de nature et s'égarant en chemin lorsque le terrorisme s'invite à son tour dans la partie. En ressort une parabole christique virtuose dans la forme, mais maladroite dans ses attendus. Trop littérale pour vraiment convaincre.

De Kornél Mundruczó. Avec Merab Ninidze, Zsombor Jéger, György Cserhalmi. 2 h 03. Sortie: 22/11. **(*)

Présenté en compétition lors du dernier festival de Cannes, La Lune de Jupiter a profondément divisé la critique. Kornél Mundruczó (Delta, White God) y met en scène Aryan, un jeune réfugié syrien qui, abattu en tentant de franchir clandestinement la frontière magyare, va se découvrir immortel, doté qui plus est du pouvoir de léviter. Disposition dont un médecin corrompu va vouloir détourner le caractère miraculeux à son profit... Débutant sous de fascinants auspices, le film du cinéaste hongrois ne tient malheureusement pas ses promesses, changeant de nature et s'égarant en chemin lorsque le terrorisme s'invite à son tour dans la partie. En ressort une parabole christique virtuose dans la forme, mais maladroite dans ses attendus. Trop littérale pour vraiment convaincre.