...

L'idée qu'un certain grain de folie (et même un grain certain) puisse rendre une famille meilleure est au coeur de la comédie à l'américaine depuis le formidable You Can't Take It with You de Frank Capra, en 1938. Des perles comme The Addams Family et Addams Family Values (Barry Sonnenfeld) ou Edward Scissorhands (Tim Burton) sont venues le rappeler. L'amusant autant qu'attachant Instant Family s'inscrit dans cette tradition jouissive et pas sotte du tout, au fond. Mark Wahlberg et Rose Byrne y interprètent un couple solide et amoureux, se consacrant à la restauration de maisons et n'ayant pas encore vraiment pensé à avoir des enfants. Sur un coup de tête, Ellie et Pete vont décider d'adopter. Ils ne feront pas les choses à moitié, accueillant chez eux une fratrie de trois: Lizzie (15 ans), Juan et Lila. De quoi composer une famille instantanée, comme l'indique le titre. Mais aussi de quoi causer bien des bouleversements, des crises de nerfs, des épreuves pour les apprentis parents... Le film est mené à bon rythme par Sean Anders (Daddy's Home et Daddy's Home 2, avec Wahlberg déjà), lequel sait balancer la part d'humour osé, voire carrément destroy, et celle des émotions positives. On apprécie une Rose Byrne jouissivement remontée et un Mark Wahlberg décidément aussi (et même peut-être plus) intéressant dans la comédie que dans le cinéma d'action. Et on découvre en Isabela Moner, une jeune comédienne des plus prometteuses(1). L'ensemble fait un spectacle drôle, chaotique et plein de coeur, lançant un pied de nez aux tenants du modèle familial traditionnel et aux donneurs de leçon sur l'art d'élever les enfants. (1) On la reverra l'été prochain dans l'adaptation de... Dora l'exploratrice.