Herman Melville a 21 ans quand il s'engage en 1840 comme marin sur un trois-mâts baleinier, entamant un long voyage (il... désertera un an et demi plus tard, aux Marquises) qui lui donnera quelques idées pour son futur chef-d'oeuvre Moby Dick. C'est dans le même port de départ de Nantucket, berceau américain de la chasse à la baleine, que le film de Ron Howard confronte le jeune écrivain (joué par Ben Whishaw) à un vieux loup-de-mer (Brendan Gleeson) qui aurait vu de près une certaine baleine blanche. De si près que l'Essex, le bateau sur lequel il était mousse, avait coulé suite à l'attaque du formidable animal...

L'idée est intéressante, qui veut remonter aux sources réelles (même si partielles) d'un des plus grands romans de la littérature mondiale. Et le récit fait à Melville prend vie sous nos yeux, à bord d'un bâtiment dont le capitaine (Benjamin Walker) et le commandant en second (Chris Hemsworth) diffèrent quant à la manière de mener à bien leur mission: ramener la plus grande quantité d'huile de baleine, ressource numéro un pour l'éclairage à l'époque. Ron Howard soigne la reconstitution, les scènes en mer qui s'avèrent souvent spectaculaires. Mais il n'évite pas les longueurs, et appuie lourdement sur les considérations morales que son récit inspire. Une interprétation des plus inégales diminue aussi l'impact d'In the Heart of the Sea, un film auquel la 3D n'apporte pas grand-chose. Le meilleur effet étant encore le désir donné au spectateur de relire Moby Dick,et de revoir le film impressionnant qu'en tira John Huston en 1956...

De Ron Howard. Avec Chris Hemsworth, Benjamin Walker, Cillian Murphy. 2h02. Sortie: 09/12.

Herman Melville a 21 ans quand il s'engage en 1840 comme marin sur un trois-mâts baleinier, entamant un long voyage (il... désertera un an et demi plus tard, aux Marquises) qui lui donnera quelques idées pour son futur chef-d'oeuvre Moby Dick. C'est dans le même port de départ de Nantucket, berceau américain de la chasse à la baleine, que le film de Ron Howard confronte le jeune écrivain (joué par Ben Whishaw) à un vieux loup-de-mer (Brendan Gleeson) qui aurait vu de près une certaine baleine blanche. De si près que l'Essex, le bateau sur lequel il était mousse, avait coulé suite à l'attaque du formidable animal... L'idée est intéressante, qui veut remonter aux sources réelles (même si partielles) d'un des plus grands romans de la littérature mondiale. Et le récit fait à Melville prend vie sous nos yeux, à bord d'un bâtiment dont le capitaine (Benjamin Walker) et le commandant en second (Chris Hemsworth) diffèrent quant à la manière de mener à bien leur mission: ramener la plus grande quantité d'huile de baleine, ressource numéro un pour l'éclairage à l'époque. Ron Howard soigne la reconstitution, les scènes en mer qui s'avèrent souvent spectaculaires. Mais il n'évite pas les longueurs, et appuie lourdement sur les considérations morales que son récit inspire. Une interprétation des plus inégales diminue aussi l'impact d'In the Heart of the Sea, un film auquel la 3D n'apporte pas grand-chose. Le meilleur effet étant encore le désir donné au spectateur de relire Moby Dick,et de revoir le film impressionnant qu'en tira John Huston en 1956...