Jeune inspectrice de police qui raconte des histoires à son fils pour mieux lui dire la vérité, Yvonne (Adèle Haenel) découvre que son défunt mari (Vincent Elbaz) n'était pas le flic intègre qu'elle croyait. Décidée à réparer le mal qu'il a commis, elle croise la route d'Antoine (Pio Marmaï), injustement incarcéré durant de longues années. Soit le départ d'aventures joyeusement décomplexées dont la folle énergie crépite avant de montrer quelques signes d'essoufflement. Mais l'enjeu et la spécificité de cette réjouissante comédie d'action sont ailleurs, dans ce jeu constant avec le réel pour tenter de le transcender notamment. Personne n'est vraiment libre dans En liberté!, chacun se fait le prisonnier de sa colère, de sa frustration ou de sa culpabilité. On y porte des masques et des cagoules, des sacs en plastique ou en papier sur la tête, comme pour mieux souligner que dans le petit théâtre de l'existence, on n'est jamais tout à fait soi-même. Désarmant paradigme d'un film s'inscrivant à rebours total d'une certaine comédie à la française dont le cynisme voudrait que Christian Clavier et une blague Carambar suffisent désormais à eux seuls à justifier la mise en branle d'une production d'1 heure 40 destinée à conquérir le marché.

De Pierre Salvadori. Avec Adèle Haenel, Pio Marmaï, Damien Bonnard. 1h47. Sortie: 31/10. ***(*)

>> Lire également nos interviews d'Adèle Haenel et Pierre Salvadori.