On ne saurait avoir un système de classes sociales aussi caricatural et une production cinématographique aussi encline à la comédie sans voir les deux régulièrement se croiser. D'autant que les Britanniques ne sont pas les derniers à savoir rire d'eux-mêmes. En littérature et au théâtre d'abord, au cinéma et à la télévision ensuite, les rapports entre maîtres et valets, noblesse et domesticité ont ainsi nourri un nombre incalculable d'oeuvres et de spectacles souvent réjouissants par plus d'un aspect. Au petit écran, le succès fou d'Upstairs, Downstairs (1971-1975) en...