Le décor apparaît improbable, les rencontres qui s'y nouent ne le sont guère moins: la première rapproche Sternkowitz (Gustave Kervern), un individu acariâtre qu'un accident cérébral a cloué dans un fauteuil roulant, d'une infirmière de nuit (Valeria Bruni- Tedeschi); la seconde voit Charly (Jules Benchetrit), un adolescent secret, tenter vaille que vaille de relancer la carrière de Jeanne Meyer (Isabelle Huppert), comédienne dépressive vivant dans le souvenir imbibé de son heure de gloire passée; quant à la troisième, elle met en scène John McKenzie (Michael Pitt), un astronaute littéralement tombé du ciel, et recueilli par madame Hamida (Tassadit Mandi).

Procédant au collage de ces trois histoires, Benchetrit signe un film en free-style, concentré de solitudes dont le décalage tangue parfois dangereusement vers le n'importe quoi -il y est après tout question, de l'aveu même du réalisateur, de "trois histoires de chute: comment peut-on tomber et être récupéré?" Mais si, à l'instar de son précédent Chez Gino, l'entreprise apparaît à certains égards bancale, l'auteur réussit aussi, sous couvert d'humour absurde à tendance burlesque, à y croquer un échantillon d'humanité sensible et solidaire, ce qui n'est certes pas rien. Non sans toucher, par endroits, à l'émotion vraie, la partition d'Isabelle Huppert, en prise lointaine sur La Dentellière, se révélant ainsi singulièrement troublante. Modeste, sans aucun doute, mais non moins original et généreux, un film valant incontestablement le détour.

DE SAMUEL BENCHETRIT. AVEC GUSTAVE KERVERN, MICHAEL PITT, ISABELLE HUPPERT. 1H40. SORTIE: 13/01.

Le décor apparaît improbable, les rencontres qui s'y nouent ne le sont guère moins: la première rapproche Sternkowitz (Gustave Kervern), un individu acariâtre qu'un accident cérébral a cloué dans un fauteuil roulant, d'une infirmière de nuit (Valeria Bruni- Tedeschi); la seconde voit Charly (Jules Benchetrit), un adolescent secret, tenter vaille que vaille de relancer la carrière de Jeanne Meyer (Isabelle Huppert), comédienne dépressive vivant dans le souvenir imbibé de son heure de gloire passée; quant à la troisième, elle met en scène John McKenzie (Michael Pitt), un astronaute littéralement tombé du ciel, et recueilli par madame Hamida (Tassadit Mandi). Procédant au collage de ces trois histoires, Benchetrit signe un film en free-style, concentré de solitudes dont le décalage tangue parfois dangereusement vers le n'importe quoi -il y est après tout question, de l'aveu même du réalisateur, de "trois histoires de chute: comment peut-on tomber et être récupéré?" Mais si, à l'instar de son précédent Chez Gino, l'entreprise apparaît à certains égards bancale, l'auteur réussit aussi, sous couvert d'humour absurde à tendance burlesque, à y croquer un échantillon d'humanité sensible et solidaire, ce qui n'est certes pas rien. Non sans toucher, par endroits, à l'émotion vraie, la partition d'Isabelle Huppert, en prise lointaine sur La Dentellière, se révélant ainsi singulièrement troublante. Modeste, sans aucun doute, mais non moins original et généreux, un film valant incontestablement le détour.