Rendez-vous avait été fixé dans le café aux allures de vaisseau spatial de l'EYE, le Musée néerlandais du Film, avec ses grandes baies vitrées offrant une vue plongeante sur les eaux de l'Amstel. Cinéaste né à Utrecht, où il a été formé à l'École d'art, Steven Wouterlood, 35 ans à peine, a désormais élu domicile dans la capitale batave, QG perso qu'il sillonne à vélo mais qu'il a beaucoup délaissé ces derniers mois pour aller défendre son premier véritable long métrage aux quatre coins du globe. Avec un succès certain. Primé notamment à Berlin puis New York, Ma folle semaine avec Tess débarque ainsi aujourd'hui sur les écrans belges auréolé d'une excellente réputation -amplement méritée. Situant son action au coeur d'un été où deux existences candides sont appelées à basculer, cette adaptation d'un roman pour la jeunesse écrit par Anna Woltz adopte le point de vue de Sam, un garçon de onze ans en vacances sur une ravissante île néerlandaise avec sa famille. Obsédé par...