Il aura fallu attendre 2018 et la sélection de Asako I & II en compétition au festival de Cannes pour que Ryûsuke Hamaguchi, cinéaste japonais auteur d'une dizaine de films déjà au rang desquels l'exceptionnel Senses, accède à une large reconnaissance internationale. Issu de la scène indépendante, et représentant, au même titre qu'un Koji Fukada, d'une nouvelle génération nipponne, le réalisateur considère volontiers Asako comme son premier film "commercial". Une notion à replacer dans le contexte local, et dans laquelle il y a lieu d'entendre surtout des normes de production (et une durée) classiques, conditions n'ayant toutefois pas altéré sa façon de procéder avec les acteurs, pas plus que la grâce et la sensibilité émanant de son cinéma.
...