Pour sa quatorzième édition, Voix de Femmes a choisi de "Dé/ranger": questionner les cases, mais aussi les bouger au travers de différents ateliers, rencontres, projections et expositions.

Le festival a invité des artistes qui contournent, détournent les normes et les redessinent. Avec son collectif 30 Nuances de Noir.es, Sandra Sainte Rose prendra d'assaut l'espace Tivoli pour faire entendre et voir l'expression de femmes noires sans qu'aucun filtre réducteur n'intervienne entre elles et la société. Se réappropriant une activité particulièrement stéréotypée, l'artiste textile Ruth Moppel animera un atelier de tricot militant, ou comment broder de façon contemporaine. On ne peut plus contemporain, le centre culturel du Chiroux reviendra sur le mouvement des gilets jaunes et proposera une soirée d'écoute de podcasts qui donnent la parole à des femmes manifestantes.

Sortir des cases, c'est aussi élargir les horizons. Voix de Femmes explorera cette année les marges, et empruntera des chemins moins connus. Une partie du festival partira à la découverte de la culture inuite avec l'artiste musicienne Tanya Tagal et les documentaires d'Althea Arnaquq-Baril sur les tatouages faciaux traditionnels et la controversée chasse aux phoques. Curieuse résidente de cette année, Line Guellati explorera la schizophrénie au travers d'un atelier d'écriture: "Dessine-moi un mutant". Mais ce ne sera pas les seules créatures à arpenter les rues de Liège ce mois-ci: les sorcières viendront également faire leur apparition avec le collectif Les sorties du Chaudron qui revisiteront le film dano-suédois Häxan (1922) qui reconstitue les scènes de sabbats et de bûchers du Moyen Âge.

La programmation complète est à consulter sur le site de Voix de Femmes: www.voixdefemmes.org