Musée temporaire du confinement ou musée du confinement temporaire ? On pourrait se poser la question. Cela fait un an que la pandémie dure, un an lors duquel nous sommes toutes et tous passé.es par toutes les émotions. Ces émotions, l'ULB a décidé de ne pas les nier et même de leur donner de l'importance. À l'heure où toute une population étudiante se sent isolée, sous une cloche et coupée du monde, l'université libre de Bruxelles est à l'initiative d'un musée temporaire du confinement. Grégory Laurent, Responsable Service ULB Culture explique d'ailleurs que dans un monde où nous sommes tous isolés, nous restons connectés par nos émotions, celles qui permettent la créativité, l'imagination.

Les étudiants sont en état de détresse psychologique avancée. Ils sont en manque de culture, en manque de sociabilité. La ville de Bruxelles (qui avait ouvert gratuitement les musées de la capitale aux étudiants lors des vacances de carnaval pour cette raison) a décidé de s'associer à l'université dans le but de permettre aux jeunes de satisfaire leur besoin de culture.

null, belga
null © belga

L'exposition a pris ses quartiers dans la salle Allende sur le campus du Solbosch. Une surface de 300m2 où sont disséminées quelque 150 oeuvres (textes, photos, peintures, sculptures, vidéos, montages...), réalisées par des artistes accomplis ou par des étudiants qui en ressentaient le besoin. Des oeuvres qui retracent les moments forts de la pandémie comme l'illustre la photographie du kayak, la première pièce que l'on observe en pénétrant dans la salle.

Ce musée temporaire a pour vocation d'évoluer en fonction de l'évolution des mesures prises par le gouvernement et du ressenti des artistes.

La salle ouvrira ses portes au public le 18 mars 2021 à 12h. Aucune date de fin n'a été annoncée. C'est une volonté assumée de la part des organisateurs : la pandémie n'est pas terminée, le confinement non plus, donc l'expo doit continuer.

>> Infos pratiques

Charles Christiaens

Musée temporaire du confinement ou musée du confinement temporaire ? On pourrait se poser la question. Cela fait un an que la pandémie dure, un an lors duquel nous sommes toutes et tous passé.es par toutes les émotions. Ces émotions, l'ULB a décidé de ne pas les nier et même de leur donner de l'importance. À l'heure où toute une population étudiante se sent isolée, sous une cloche et coupée du monde, l'université libre de Bruxelles est à l'initiative d'un musée temporaire du confinement. Grégory Laurent, Responsable Service ULB Culture explique d'ailleurs que dans un monde où nous sommes tous isolés, nous restons connectés par nos émotions, celles qui permettent la créativité, l'imagination. Les étudiants sont en état de détresse psychologique avancée. Ils sont en manque de culture, en manque de sociabilité. La ville de Bruxelles (qui avait ouvert gratuitement les musées de la capitale aux étudiants lors des vacances de carnaval pour cette raison) a décidé de s'associer à l'université dans le but de permettre aux jeunes de satisfaire leur besoin de culture. L'exposition a pris ses quartiers dans la salle Allende sur le campus du Solbosch. Une surface de 300m2 où sont disséminées quelque 150 oeuvres (textes, photos, peintures, sculptures, vidéos, montages...), réalisées par des artistes accomplis ou par des étudiants qui en ressentaient le besoin. Des oeuvres qui retracent les moments forts de la pandémie comme l'illustre la photographie du kayak, la première pièce que l'on observe en pénétrant dans la salle. Ce musée temporaire a pour vocation d'évoluer en fonction de l'évolution des mesures prises par le gouvernement et du ressenti des artistes.La salle ouvrira ses portes au public le 18 mars 2021 à 12h. Aucune date de fin n'a été annoncée. C'est une volonté assumée de la part des organisateurs : la pandémie n'est pas terminée, le confinement non plus, donc l'expo doit continuer. >> Infos pratiquesCharles Christiaens