Sophie Wilmès a enfin annoncé la réouverture des musées et des infrastructures d'intérêt culturel comme les bâtiments historiques dès le 18 mai. Cette reprise devra respecter les conditions suivantes : une billetterie en ligne ou téléphonique et la prise de dispositions nécessaires à l'intérieur des établissements pour qu'il n'y ait pas trop de personnes en même temps.

À la Ville de Bruxelles, le Musée de la Ville de Bruxelles - connu également sous le nom de Maison du Roi - et la Garde-Robe de Manneken-Pis, ont anticipé leurs réouvertures le 2 juin. Le Musée Mode et Dentelle ouvrira fin août, car il n'avait pas d'exposition programmée jusqu'au mois de juillet tandis que du côté du Musée des Égouts, qui pose davantage de questions d'hygiène, des mesures supplémentaires doivent encore être prises avant de pouvoir accueillir le public : "c'est en cours de vérification", rassure-t-on du côté des musées.

Vinciane Godfrind, responsable communication des musées de la Ville de Bruxelles explique : "Lors de la conférence de presse du Conseil national de Sécurité sur le déconfinement, il a été précisé que les musées pourraient rouvrir à partir du 18 mai. Mais nous avons choisi la date du 2 juin pour assurer un bon accueil du public."

Plexiglas à l'accueil, parcours visiteur avec une signalétique qui permet de respecter la distance de sécurité, retrait des sièges pour éviter que les visiteurs ne restent assis, plateforme de réservation en ligne : autant d'éléments logistiques qui doivent être mis en place par les musées : "c'est primordial afin que les règles de sécurité et d'hygiène soient respectées", assure la responsable communication.

À côté du volet logistique, la reprise des activités a des conséquences sur l'organisation du travail et du personnel des musées : "nos gardiens étaient jusqu'alors en chômage technique. Nous devons aussi penser aux shifts du personnel pour pas qu'ils ne croisent, par exemple, sur le temps de midi dans le réfectoire.", confie Vinciane Godfrind.

Du côté de la CENTRALE for contemporary art, située à deux pas de la Place Sainte-Catherine, Estelle Vandeweeghe, responsable communication, précise : "nous devions vernir de nouvelles expositions le 22 avril". La réouverture est prévue au mois de septembre avec trois nouvelles expositions. C'est sur Instagram que le centre d'art contemporain l'a annoncé.

À la question de savoir comment le centre a choisi cette date, Estelle Vandeweeghe explique "que le démontage des expositions Roger Ballen et Ronny Delrue ayant été postposé, le calendrier a été complètement chamboulé. D'autre part, les oeuvres de l'exposition Xavier Noiret-Thomé & Henk Visch. Panorama provenant en partie de l'étranger, se pose également la problématique du transport des oeuvres en Belgique."

Alternatives digitales

Depuis le début du confinement, les musées de la Ville de Bruxelles ne sont pas restés figés et inactifs. Outre la veille des conservateurs sur les oeuvres muséales, les musées se sont réinventés en ligne. "Nous avons poursuivi notre activité sur les réseaux sociaux. Par exemple, à la place des visites guidées les premiers dimanches du mois, nous proposons des webinaires.", insiste-t-elle.

À défaut d'un centre ouvert, c'est également sur la toile que des contenus sont proposés par la CENTRALE avec des oeuvres postées sur le confinement vu par les artistes, des ateliers en ligne, un journal du confinement ou encore la publication de la conférence de Roger Ballen (dernier artiste à avoir exposé à la CENTRALE avant sa fermeture) sur Vimeo. "Et d'autres projets online vont suivre, s'enthousiasme Estelle Vandeweeghe, comme en juillet avec les étudiants du Master CARE de l'Académie royale des Beaux-Arts ou encore en août avec des podcasts et playlists d'artistes qui seront publiés sur Spotify".

Sophie Wilmès a enfin annoncé la réouverture des musées et des infrastructures d'intérêt culturel comme les bâtiments historiques dès le 18 mai. Cette reprise devra respecter les conditions suivantes : une billetterie en ligne ou téléphonique et la prise de dispositions nécessaires à l'intérieur des établissements pour qu'il n'y ait pas trop de personnes en même temps. À la Ville de Bruxelles, le Musée de la Ville de Bruxelles - connu également sous le nom de Maison du Roi - et la Garde-Robe de Manneken-Pis, ont anticipé leurs réouvertures le 2 juin. Le Musée Mode et Dentelle ouvrira fin août, car il n'avait pas d'exposition programmée jusqu'au mois de juillet tandis que du côté du Musée des Égouts, qui pose davantage de questions d'hygiène, des mesures supplémentaires doivent encore être prises avant de pouvoir accueillir le public : "c'est en cours de vérification", rassure-t-on du côté des musées. Vinciane Godfrind, responsable communication des musées de la Ville de Bruxelles explique : "Lors de la conférence de presse du Conseil national de Sécurité sur le déconfinement, il a été précisé que les musées pourraient rouvrir à partir du 18 mai. Mais nous avons choisi la date du 2 juin pour assurer un bon accueil du public." Plexiglas à l'accueil, parcours visiteur avec une signalétique qui permet de respecter la distance de sécurité, retrait des sièges pour éviter que les visiteurs ne restent assis, plateforme de réservation en ligne : autant d'éléments logistiques qui doivent être mis en place par les musées : "c'est primordial afin que les règles de sécurité et d'hygiène soient respectées", assure la responsable communication.À côté du volet logistique, la reprise des activités a des conséquences sur l'organisation du travail et du personnel des musées : "nos gardiens étaient jusqu'alors en chômage technique. Nous devons aussi penser aux shifts du personnel pour pas qu'ils ne croisent, par exemple, sur le temps de midi dans le réfectoire.", confie Vinciane Godfrind. Du côté de la CENTRALE for contemporary art, située à deux pas de la Place Sainte-Catherine, Estelle Vandeweeghe, responsable communication, précise : "nous devions vernir de nouvelles expositions le 22 avril". La réouverture est prévue au mois de septembre avec trois nouvelles expositions. C'est sur Instagram que le centre d'art contemporain l'a annoncé. À la question de savoir comment le centre a choisi cette date, Estelle Vandeweeghe explique "que le démontage des expositions Roger Ballen et Ronny Delrue ayant été postposé, le calendrier a été complètement chamboulé. D'autre part, les oeuvres de l'exposition Xavier Noiret-Thomé & Henk Visch. Panorama provenant en partie de l'étranger, se pose également la problématique du transport des oeuvres en Belgique."Depuis le début du confinement, les musées de la Ville de Bruxelles ne sont pas restés figés et inactifs. Outre la veille des conservateurs sur les oeuvres muséales, les musées se sont réinventés en ligne. "Nous avons poursuivi notre activité sur les réseaux sociaux. Par exemple, à la place des visites guidées les premiers dimanches du mois, nous proposons des webinaires.", insiste-t-elle. À défaut d'un centre ouvert, c'est également sur la toile que des contenus sont proposés par la CENTRALE avec des oeuvres postées sur le confinement vu par les artistes, des ateliers en ligne, un journal du confinement ou encore la publication de la conférence de Roger Ballen (dernier artiste à avoir exposé à la CENTRALE avant sa fermeture) sur Vimeo. "Et d'autres projets online vont suivre, s'enthousiasme Estelle Vandeweeghe, comme en juillet avec les étudiants du Master CARE de l'Académie royale des Beaux-Arts ou encore en août avec des podcasts et playlists d'artistes qui seront publiés sur Spotify".