Comme les corps de danseuses nymphes qui s'extraient de gros cocons ivoire, comme les éventails géants en plumes d'autruche immaculées, comme les valets voilés d'un xviiie siècle branque plongé dans un brouillard crémeux, tout est blanc, ici, à en écorcher la vue. Dans ce cauchemar de jour sans fin, ouaté, mousseux, cotonneux, l'espace où les artistes virevoltent symétriquement, posés sur des plateaux tournants, se remplit doucement d'immenses colonnes fondues telles des bougies - des amas de coulées de dentifrice ou de chantilly pour ogres, de meringues colossales, d'icebergs stuqués dérivants, générés par l'ordinateur un peu givré de l'architecte et pr...