13 ans durant, elle fut, dans les coulisses et lors des défilés-spectacles sulfureux imaginés pour ces grands rendez-vous mondains, au plus proche du créateur. Car il y avait de la vengeance chez cet anglais issu du monde ouvrier qui à 28 ans, après une première provocation (des vêtements lacérés en guise du plus chic) succède à Modiano dans la célèbre maison Givenchy où il bouscule l'esprit de la maison. Ivre de liberté et d'états de conscience modifiés, il retrouve sa liberté peu de temps après, multipliant les succès et crée les costumes de scène pour Lady Gaga, David Bowie ou encore Björk.

En réalité, sa création tient autant au théâtre des performances qu'aux vêtements présentés. Et de rappeler la mariée traversant le podium sous les lancés d'encre noire ou cette autre emportant les oiseaux dans sa chevelure alors que musique et lumières rivalisent d'éclairs et d'éblouissements. La beauté côtoie l'effroi et la femme, ainsi que le désire le styliste, désobéit aux codes attendus de la réification pour imposer une féminité puissante et distante face au machisme ambiant. Encore fallait-il, pour la photographe, traduire ces urgences dans le noir et blanc argentique et rendre inaccessibles ces fulgurances en les parant des plus beaux contrastes entre lumières et ombres.

Ann Ray, dont les clichés réalisés à l'Opéra de Paris et au Metropolitan Opera de New-York ont construit la réputation, livre ici davantage qu'un compte rendu, une plongée dans la personnalité d'un homme, écorché et violent, qu'on retrouva, pendu, au lendemain de la mort de sa mère.

Galerie de la Béraudière, 6 rue Jacques Jordaens, 1000 Bruxelles. Jusqu'au 12 juillet Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h. Site : delaberaudiere.com