D'après Bie Vancraeynest, directrice de Toestand, la créativité et l'envie de mettre en place des projets en tout genre ont fait un boum depuis 15 ans. Pour répondre à ce besoin d'encadrement, 4 acteurs du monde associatif mutualisent leurs ressources pour organiser, les 3 et 4 mai, à l'Allée du Kaai et à BiestebroekBis, des ateliers qui célèbrent le dynamisme des jeunes.

Fournir des outils de débrouillardise aux jeunes

Le vendredi, des ateliers de formation seront déclinés en 4 temps. Après un petit-déjeuner offert, un temps d'échange permettra de resituer l'intérêt et la place de l'art et de la culture chez les jeunes. Le financement participatif et l'autogestion seront ensuite détricotés pour leur proposer une alternative à la création d'une ASBL, même si celle-ci reste une option non négligeable. Selon Bie, la mise en place de ce type d'organisation est à envisager avec prudence : "Le format ASBL est compliqué. Je le déconseille aux jeunes. Tu dois gérer la paperasse et beaucoup d'énergie s'y perd. À Toestand, on peut enlever une charge administrative et logistique. Ainsi, ils peuvent investir toute leur énergie dans leur projet." Fort de son expertise en la matière et de sa réactivité dans l'investissement de lieux abandonnés, Toestand leur parlera de la manière de trouver un "espace physique et mental, et un encadrement, et le mettre en lien avec d'autres, expérimentés ou pas."

Le vendredi 3/5 à BiestebroekBis et le samedi 4/5 à l'Allée du Kaai, des prestations de talents bruxellois auront lieu le soir. Entrée libre. © DR

Le samedi sera consacré à la formation au pitch, une courte présentation des projets des jeunes participants. "On offre une perspective. Après ça, tu peux te présenter face à des gens qui ont des moyens. Un jeune inspiré repartira avec un sac à dos rempli d'outils pour peut-être revenir au prochain festival et expliquer ce qu'il a fait durant l'année", conclut Bie Vancraeynest.

Faire vivre des lieux abandonnés ou forts en potentiel

Parmi les 4 associations organisatrices, Toestand est celle dont la mission est de dénicher des lieux à potentiel. Elle investit trois adresses livrées à elles-mêmes ou en transition, dont l'une est en phase d'ouverture. Dans chacun, des espaces sont mis à disposition des jeunes. "Les gens viennent danser, répéter, papoter, poser des questions... Ils utilisent nos ordinateurs, ils demandent de l'aide de mise en page, etc.".

L'Allée du Kaai, sur les berges du canal, est une zone d'action spontanée temporaire. Un skate park, un atelier de sérigraphie, un atelier-vélo, et une cuisine y sont installés. En 2020, elle se transformera en un parc public. BiestebroekBis est au rez-de-chaussée de l'Académie des Beaux-Arts d'Anderlecht. Une coalition d'acteurs y organise des activités socioculturelles, dont font partie Growfunding et Toestand, dont l'interlocutrice ajoute que les lieux s'ouvrent et se ferment. "La vision de Toestand est toujours liée au lieu même. Quand il y a un bâtiment qui s'ouvre, on analyse son potentiel, le quartier et le contexte autour."

Le première journée de Graine de Bazaar se déroulera le 3.05.2019 à BiestebroekBis, Anderlecht © DR

La rencontre s'est faite devant une cabane surnommée Marie Moskou, installée temporairement sur la Place Marie Janson, adjacente à la rue Moscou à Saint-Gilles. La directrice de Toestand explique que les riverains constituent une serre. "Cet été, ça deviendra une guinguette dont le catering sera fourni en plantes aromatiques et sera utilisé dans des Kombucha, des Kéfir, des sirops faits maison dans une démarche non commerciale. Tu peux venir sans consommer. C'est un potager collectif en intérieur, car en extérieur ça demande du beau temps. Ici, les émissions Radio Moskou du mardi, on fait des permanences. On va s'organiser pour avoir des toilettes sur l'espace."

Radio Moskou, la nouvelle émission bruxelloise aux interventions spontanées

Cette nouvelle émission participative et visible publiquement a lieu le mardi de 18 à 20h au Marie Moskou, à Saint-Gilles. Les réalisateurs de l'émission laissent intervenir ceux qui le souhaitent et s'adaptent au gré des semaines, sans préparer de programmation précise. Des profils variés sont déjà passés à leur micro, incluant des porteurs de projet, des musiciens, des activistes... Leur collaboration avec Radio Panik et Radio Alma leur permettra d'être audibles les jours suivants.

La Cabane Marie Moskou à St Gilles © DR

Ce qu'ils attendent de Graine de Bazaar? Des tuyaux pour pouvoir organiser le 22 juin un festival fédérateur de leur émission de façon professionnelle, avec des fonds. "L'année passée, on l'avait fait sans fonds. C'était chouette, mais pour cette fois, on s'est dit qu'on voulait rémunérer les musiciennes et musiciens invité(e)s, c'est la base. Ça servirait aussi à mieux nous organiser, à avoir du matériel et puis offrir de la nourriture aux bénévoles. Concrètement, on veut professionnaliser notre festival, sans prétendre à quelque chose d'énorme, mais avoir une base pour pouvoir être bien. On est en collaboration avec la maison de jeunes Bazaar. Ça leur permettra d'organiser quelque chose avec nous." Les animateurs de Radio Moskou couvriront Graine de Bazaar durant les deux jours. Leur plateforme de crowdfunding est disponible dès à présent.

3.05.2019 @ BiestebroekBis, Rue Gustaaf Vanden Berghe 24, 1070 Anderlecht

4.05.2019 @ Allee du Kaai , Avenue du Port 53, 1000 Bruxelles

Entrée gratuite. Inscription nécessaire pour les ateliers du vendredi.

Sandra Farrands