Jadis gamin passionné de grafs et de heavy métal (y compris Kiss), David Decat doit son surnom de Diamond Dave à David Lee Roth, le chanteur de Van Halen. Dessinateur qui ne dessine jamais, sauf sous contrainte, il promeut une fainéantise sans complexe, très anarcho-franchouillarde (Jean-Pierre Marielle, Philippe Noiret, tout ça...), même s'il est en réalité d'ascendance flamande et ne voit pas vraiment d'un bon oeil l'annexion d'Ixelles par l'arrogance française exilée. En 2005, suite à la publication de croquis dans feu le magazine Voxer, dont son grand pote Pee Gonzales (De Puta Madre) était alors le directeur artistique, il est choisi par la marque de fringues Carhartt pour illustrer leur campagne de pub du moment. Cette collaboration lui permet de faire connaître quasi mondialement son étonnant travail -mélange d'aquarelle, de crayons de couleurs et de retouches par ordinateur- ainsi que son univers très particulier, inspiré par la voyoucratie française des années folles et les magazines populaires du tournant du siècle dernier.

CARHARTT COLLECTION SPRING/SUMMER 2005, Diamond Dave Decat
CARHARTT COLLECTION SPRING/SUMMER 2005 © Diamond Dave Decat

Cette reconnaissance internationale ne l'empêche pas de rester glander à Flagey, dans un appartement rempli de brol délirant, dont des crânes volés, et de prendre du temps, beaucoup de temps, sur sa prochaine commande: une pochette pour le groupe hardcore Sheer Terror. David, passionné par l'univers des bandes de jeunes et les groupes plus ou moins extrêmes, rêve aussi d'une série sur la jeunesse marocaine bruxelloise des années 80 (en craignant un peu qu'on le taxe de racisme, à force de vouloir jouer sur les stéréotypes Camino/Docksides, etc... ). Il prépare aussi une expo, lentement là encore, autour du groupe Cobra, vieux métalband français des années 80 devenu très culte sur les Internets. Facteur fun de première bourre: Diamond Dave Decat est un rigolo. Un vrai, un pur. Echauffez vos zygomatiques avant de lancer le podcast! (sc)

Jadis gamin passionné de grafs et de heavy métal (y compris Kiss), David Decat doit son surnom de Diamond Dave à David Lee Roth, le chanteur de Van Halen. Dessinateur qui ne dessine jamais, sauf sous contrainte, il promeut une fainéantise sans complexe, très anarcho-franchouillarde (Jean-Pierre Marielle, Philippe Noiret, tout ça...), même s'il est en réalité d'ascendance flamande et ne voit pas vraiment d'un bon oeil l'annexion d'Ixelles par l'arrogance française exilée. En 2005, suite à la publication de croquis dans feu le magazine Voxer, dont son grand pote Pee Gonzales (De Puta Madre) était alors le directeur artistique, il est choisi par la marque de fringues Carhartt pour illustrer leur campagne de pub du moment. Cette collaboration lui permet de faire connaître quasi mondialement son étonnant travail -mélange d'aquarelle, de crayons de couleurs et de retouches par ordinateur- ainsi que son univers très particulier, inspiré par la voyoucratie française des années folles et les magazines populaires du tournant du siècle dernier.Cette reconnaissance internationale ne l'empêche pas de rester glander à Flagey, dans un appartement rempli de brol délirant, dont des crânes volés, et de prendre du temps, beaucoup de temps, sur sa prochaine commande: une pochette pour le groupe hardcore Sheer Terror. David, passionné par l'univers des bandes de jeunes et les groupes plus ou moins extrêmes, rêve aussi d'une série sur la jeunesse marocaine bruxelloise des années 80 (en craignant un peu qu'on le taxe de racisme, à force de vouloir jouer sur les stéréotypes Camino/Docksides, etc... ). Il prépare aussi une expo, lentement là encore, autour du groupe Cobra, vieux métalband français des années 80 devenu très culte sur les Internets. Facteur fun de première bourre: Diamond Dave Decat est un rigolo. Un vrai, un pur. Echauffez vos zygomatiques avant de lancer le podcast! (sc)