On avait préparé une salade de pâtes, sorti la nappe en plastique et mis les glaçons du frigo box au congèl, mais finalement, le pique-nique n'a pas eu lieu. En Belgique, lancer une invitation pour une grande fête en extérieur, c'est toujours un risque et les heures de crachin ont eu raison du dîner bucolique. Heureusement la pluie s'est calmée juste à temps pour les spectacles, prévus dès 14 heures pour un public limité à 200 personnes (c...

On avait préparé une salade de pâtes, sorti la nappe en plastique et mis les glaçons du frigo box au congèl, mais finalement, le pique-nique n'a pas eu lieu. En Belgique, lancer une invitation pour une grande fête en extérieur, c'est toujours un risque et les heures de crachin ont eu raison du dîner bucolique. Heureusement la pluie s'est calmée juste à temps pour les spectacles, prévus dès 14 heures pour un public limité à 200 personnes (c'était gratuit, mais il fallait absolument réserver).L'ambiance est tout de même encore un peu fraîche quand la Compagnie Lady Cocktail ouvre le bal sur la grande pelouse, avec une étape de travail de son prochain spectacle (prévu pour 2021) To Bee Queen, où Lola Ruiz décline le thème des abeilles dans son discours de reine-mère tout en escaladant son portique d'alvéoles. Un autre banc d'essai a lieu en intérieur, pour un public divisé en groupes: la compagnie Scratch (T.N.T., Split) y donne des morceaux prometteurs de Mousse, duo de jongle entre Gaëlle Coppée et Denis Michiels mettant joliment en évidence plutôt que de les escamoter les coulisses et les ratés. Même ambiance décalée pour La Montagne des Vrais Majors, étape de travail fausse cette fois, mais qui en aura piégé plus d'un. Lors de cette tentative d'adaptation théâtrale d'un film allemand des années 30, le manque de moyens face aux ambitions démesurées et les tensions entre metteur en scène et comédiens remontent à la surface dans un joyeux chaos de polystyrène expansé, de sacs en plastique et de morceaux de papier. Irrésistible.Ailleurs, Lisa Da Boit donne des morceaux de danse d'exilée, Julie Antoine lance son slam féministe, Noémie Vincart et Michel Villée sèment par leurs talents de manipulateurs le trouble entre le vivant et l'inanimé, des sirènes écoutent la radio et ramassent les masques FFP2 qui polluent désormais les océans. La fête des retrouvailles s'est clôturée sous un ciel bleu. Que demander de plus?