Critique

[Critique ciné] Deux fils, subtil et attachant

Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

COMÉDIE DRAMATIQUE | À petites touches sensibles, dans un mélange bien balancé d’humour et d’émotion, Félix Moati réussit son premier long métrage.

[Critique ciné] Deux fils, subtil et attachant

La mort de son frère aîné a bouleversé Joseph (Benoît Poelvoorde), au point de le plonger dans une dépression profonde, de lui faire arrêter ses activités de médecin pour ne plus se consacrer qu’à l’écriture d’un hypothétique roman. Ses deux fils, Joachim (Vincent Lacoste) et Ivan (Mathieu Capella) sont eux-mêmes en crise, amoureuse pour l’aîné, mystique pour le cadet… À petites touches sensibles, dans un mélange bien balancé d’humour et d’émotion, Félix Moati réussit son premier long métrage. Subtil et attachant, Deux fils est un beau film dont l’amour est le moteur sensible. Et qui dit deux ou trois choses de précieux sur la famille, sur la masculinité à l’heure du doute et de la réinvention.

De Félix Moati. Avec Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde, Mathieu Capella. 1h30. Sortie: 20/02. ***(*)

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Partner Content