Critique

Cesare deve morire (César doit mourir)

© DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DRAME | Plus humanistes que jamais, les frères Taviani signent un formidable Cesare deve morire, Ours d’Or au festival de Berlin.

DRAME DE PAOLO TAVIANI, VITTORIO TAVIANI. AVEC COSIMO REGA, SALVATORE STRIANO, GIOVANNI ARCURI. 1H16. SORTIE: 17/10. ****

Les détenus de la prison romaine de Rebibbia ne sont pas des tendres. Ce sont pour la plupart des criminels endurcis, souvent liés à une organisation de type mafieux. Beaucoup ont du sang sur les mains. Avertis qu’une expérience théâtrale était menée dans ce huis clos carcéral, les frères Taviani ont eu l’idée d’y consacrer un film, en choisissant la pièce de Shakespeare Jules César. Transcendant les limites du théâtre et du cinéma, comme celles du documentaire et de la fiction, les vétérans sublimes signent un de leurs meilleurs films. Une création puissante, riche d’émotions fortes et de profondeur humaine, de résonances sociales et politiques aussi. Ce Shakespeare derrière les barreaux est d’une surprenante modernité. On ressort bouleversé de cette expérience cinématographique intense, d’autant plus admirable qu’on ne l’attendait plus.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Partner Content