Critique

Blackfish

Blackfish © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DOCUMENTAIRE | A l’origine de Blackfish, il y a la mort atroce, en 2010, d’une entraîneuse expérimentée, attaquée par un orque au parc SeaWorld de Orlando.

Interpellée, la documentariste Gabriela Cowperthwaite décide de mener l’enquête, rencontrant scientifiques et collègues de la victime (la direction du parc refusera de répondre à ses questions). En résulte un film saisissant qui, retraçant les événements, dresse aussi le portrait du tueur, Tilikum, cétacé arraché à son environnement naturel dès le plus jeune âge pour se transformer, à force de frustrations, en dangereux prédateur. Partant, Blackfish fait le procès d’un business juteux, dénonçant, avec l’efficacité d’un thriller, les dérives de parcs de loisirs mus par le seul appât du gain. Ames sensibles, s’abstenir…

  • DOCUMENTAIRE DE GABRIELA COWPERTHWAITE. 1H23. SORTIE: 30/10.
L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content