Critique

[À la télé ce soir] Pierrot le fou

Jean-Paul Belmondo © Studiocanal
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Juste après Le Mépris, à égalité avec A bout de souffle, Pierrot le fou fait partie des tout meilleurs films de Jean-Luc Godard.

Déclencheur de la Nouvelle Vague française (avec Truffaut, Chabrol et quelques autres), le réalisateur… suisse s’était d’emblée posé en iconoclaste dynamitant les conventions du langage cinématographique. En 1965, la Nouvelle Vague a déjà six ans, et les expérimentations godardiennes trouvent une manière de sommet dans un Pierrot le fou qui inspirera quelques années plus tard son surnom au criminel bien réel Pierre Bodein. Le film a pour personnage principal un homme marié à une femme riche et que la rencontre avec une étudiante va sortir de sa routine cossue. Une dérive commencera, qui s’achèvera dans la violence… Les audaces de Godard dévorent la pellicule avec un appétit d’ogre et un plaisir très communicatif, sur fond de désespoir existentiel.

DRAME POLICIER DE JEAN-LUC GODARD. AVEC JEAN-PAUL BELMONDO, ANNA KARINA, SAMUEL FULLER. 1965.

Ce lundi 2 mai à 20h55 sur Arte.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Partner Content