La 3D, nouveau visage des cartoons

04/07/13 à 11:35 - Mise à jour à 11:35

La 3D-CGI investit l'industrie de l'animation. Des séries animées telles que Maya l'abeille, Vic le Viking et Heidi produites par Studio 100 Animation ont adopté ce nouveau format afin de mieux s'adapter à l'évolution de la société.

La 3D, nouveau visage des cartoons

Jan Van Rijsselberge, directeur artistique de Studio 100 Animation. En animation demeure la nécessité de préserver un rapport avec le dessin. © Studio 100

Le Studio 100 Animation, basé à Paris, est spécialisé dans la production de séries animées. L'objectif de la compagnie est de faire renaître des grands classiques de la télévision à travers une version 3D. Un choix loin d'être anodin puisqu'"à l'heure actuelle dans nos sociétés en crise, vendre des nouveaux concepts dans ce domaine est impensable", explique Hans Bourlon, PDG du studio d'animation à Paris. "Par ailleurs, les spectateurs ont besoin de temps pour s'approprier les caractères d'une série télévisée. En proposant du nouveau sur base des paramètres d'une ancienne série, on touche un plus large public."

Créer et adapter une série sont deux choses différentes. Le travail d'adaptation consiste d'abord à reconnaitre les aspects fonctionnels de la version originale et ensuite, à manipuler les paramètres de la nouvelle afin de l'appréhender de manière identique mais à partir d'outils différents. Actuellement, la nouvelle série 3D Vic le Viking est en cours de production dans Studio 100 Animation et dans le studio partenaire Flying Bark Productions en Australie. Inspiré par les livres de Runer Jonsson, Vic le Viking met en scène un petit garçon extrêmement intelligent qui, grâce à son ingéniosité, arrive à résoudre toute sorte de problème.

3D-CGI, au plus proche de la réalité

Célèbre dans 51 pays, la série Vic le Viking est attendue sur nos écrans à l'automne prochain en version 3D-CGI.

Célèbre dans 51 pays, la série Vic le Viking est attendue sur nos écrans à l'automne prochain en version 3D-CGI. © Studio 100

Les images de synthèse 3D ou CGI (computer-generated imagery) aideraient le public à s'identifier plus facilement aux personnages. À noter que le CGI se distingue du système de visualisation 3D par son absence de relief. À Hollywood, berceau du cinéma mondial, la 3D connait ses heures de gloire. En effet, ce secteur commercial se révèle être à la pointe du marché international. Mais une question demeure: le progrès de la 3D pousserait-il les réalisateurs à suivre cette nouvelle tendance? L'utilisation d'images de synthèse se doit d'apporter un plus aux films d'animation. Sa cote de popularité a influé sur Studio 100 Animation qui a misé sur ce format également utilisé dans les protocoles de création de jeux vidéo. D'un point de vue industriel, la 3D-CGI semblerait plus économique car elle induit une procédure de réutilisation d'éléments graphiques. Certains réalisateurs s'inquiète de l'évolution croissante de cette nouvelle technologie qui, selon eux, conduirait à une forme d'uniformité. Jan Van Rijsselberge, directeur artistique du Studio 100 Animation prétend lui qu'à la différence du 2D, la technique d'animation CGI tend à faire croire au spectateur que ce qu'il voit à la TV, existe réellement. Selon ses propos, le CGI apporterait davantage de réalisme et d'émotion.

Une série animée 3D-CGI serait multiplicateur de l'imaginaire. "À partir de ce nouveau système de visualisation, on peut dorénavant projeter nos fantasmes de façon plus concrète et plus réelle", explique Eric Cazes, réalisateur de Vic le Viking. "Je suis attaché aux personnages car ils sont une projection de nos fantasmes. On crée des histoires qui nous font rire et dans lesquelles chaque personnage représente une facette du spectateur, de nous tous", confie-t-il. Si des transitions se succèdent au cours des dernières années dans le monde fantastique de l'animation, les vétérans du traditionnel peuvent se rassurer, les séries animées en 2D y occupe toujours une place.

Noélie Maquestiau

En savoir plus sur:

Nos partenaires