Le rap belge assemble des Lego pour Dour 2017

23/05/17 à 12:54 - Mise à jour à 15:22

À l'approche de l'été, nous avons rencontré Alex Stevens et Mathieu Fonsny, les deux programmateurs du festival de Dour. Bruxelles arrive, nouveau chapiteau rock, Elektropedia remaniée...: le point sur les nouveautés de cette édition.

Le rap belge assemble des Lego pour Dour 2017

Caballero, Roméo Elvis et JeanJass © DR

Avec un total de 236 noms, la programmation du festival de Dour est enfin complète. Ouverte, audacieuse et mettant les artistes belges à l'honneur, cette affiche n'aurait évidemment pas vu le jour sans les programmateurs du festival, Mathieu Fonsny et Alexandre Stevens. Pour eux, Dour est un univers festif à part qui s'adresse à tous. Plus qu'un festival, il s'agit d'une véritable philosophie. Mathieu Fonsny insiste: "Dour, ce n'est pas juste une succession de noms, c'est un ensemble. Tout le monde est un artiste phare pour quelqu'un. On essaie de balayer large dans tous les genres et sous-genres. On veut qu'il y en ait pour tous les goûts." Et cette édition promet d'être trépidante avec notamment un show exclusif mettant le meilleur du rap belge à l'honneur (Bruxelles Arrive) ainsi qu'une nouvelle scène dédiée au rock.

Noir, jaune, rouge

Une fois de plus, Dour a mis l'accent sur la promotion de notre scène nationale avec près de 20 pourcent d'artistes belges. "On a toujours voulu soutenir nos artistes. On a un gros levier, à savoir un festival fréquenté par plus de 40.000 visiteurs par jour, ce serait bête de ne pas en profiter pour mettre nos talents à l'honneur", confie Mathieu Fonsny, un brin patriote. Car, en plus de donner une visibilité accrue à nos compatriotes sur le plan national, Dour vise aussi une promotion à l'échelle internationale. Alex Stevens détaille: "Ce que peu de gens savent, c'est qu'on invite pas mal de programmateurs étrangers qui viennent découvrir la scène belge et qui reprogramment certains artistes de leur choix. On veut vraiment que les artistes que l'on défend puissent sortir de nos frontières grâce au fait que notre festival a une renommée internationale maintenant. Il faut vraiment développer la création belge et ça marche: on a des résultats concrets et satisfaisants. C'est une sorte d'énorme tremplin vers l'international."

Cette année, Dour pousse les choses encore un peu plus loin et propose un show exclusif 100% made in Belgium: Bruxelles arrive. Spécialement créé pour l'occasion, cette performance mettra la crème du rap belge sur les devants de la scène, sous la supervision attentive de Roméo Elvis, Caballero et JeanJass. "On est partis du constat qu'il y avait un renouveau dans le hip-hop belge, que ce soit coté wallon ou flamand, pas seulement dans le rap intello mais aussi dans le rap thug, notamment avec Damso et Hamza qui sont des rappeurs qui marchent très bien actuellement en Belgique. Il y a une effervescence et ça fait un moment que ces gens se parlent, se croisent, collaborent et travaillent ensemble. Il y a une forte énergie qui se dégage de ce phénomène et on s'est dit qu'on pousserait bien les choses un peu plus loin", confie celui qui est aussi derrière les soirées Forma.T. Le jeudi 13 juillet, Roméo, Caballero, JeanJass et de nombreux invités envahiront donc la Last Arena pour près de 2 heures de show inédites. "Les artistes sont tout excités. Ils voient ça comme si on leur avait donné une immense caisse de Lego qu'ils peuvent assembler comme ils veulent", s'amuse Mathieu Fonsny, tout sourire.

"Une programmation cohérente"

"Il y a de moins en moins de rock et beaucoup trop de DJs." C'est suite à ce point fréquemment soulevé par le public que les deux programmateurs ont paradoxalement décidé d'abandonner la Cannibal Stage. Un abandon ou plutôt un changement de nom et de vocation. Rebaptisée La Caverne, cette scène accueillait souvent des groupes de métal ou de hardcore, délaissant un peu les artistes plus orientés vers le rock classique, l'indie ou la pop. "On a décidé de renommer la Cannibal Stage parce qu'on voulait une vraie scène rock au milieu du festival. La scène était un peu typée métal et hardcore et le public ne comprenait pas trop quand on y faisait jouer autre chose. On a donc décidé de rassembler tous les groupes de rock qui jouaient dans La Petite Maison, Le Labo et sur la Cannibal Stage sur cette nouvelle scène. C'est devenu un endroit dédié au rock, surtout de midi à minuit, et c'était vraiment important pour nous. Il y a de bons artistes pour le moment et on voulait en profiter pour mettre l'accent là-dessus", justifie Alex Stevens. Avec une scène dédiée au rock, une dédiée à l'indie, une aux découvertes, une aux grands noms et une au hip-hop, Dour veut toucher tous les publics ou presque. Comme le souligne Mathieu Fonsny, "chaque scène a un peu sa couleur. Au niveau de la programmation, c'est plus lisible pour les gens et ça permet une meilleure lisibilité de l'affiche." Il ajoute, non sans insister: "on veut aussi pouvoir continuer de proposer des trucs un peu plus durs sur cette nouvelle scène, tout le monde doit y trouver son compte".

La musique électronique ne sera pas non plus laissée pour compte. Réputé comme étant un des meilleurs festivals drum and bass et techno en Europe, Dour ouvrira les portes spécialement élargies de l'Elektropedia, suite aux problèmes d'accès rencontrés lors de l'édition précédente. Deux soirées seront dédiées à ces genres tant appréciés du jeune public présent. Des thématiques qui relèvent presque de la tradition: "À l'époque, on n'avait pas d'aussi grosses têtes d'affiche qu'aujourd'hui et l'idée était de construire des plateaux dans un genre de musique, dans une certaine mouvance et de faire une programmation cohérente. On a aussi remarqué que c'était très difficile de mélanger techno et drum and bass lors d'une même soirée. On peut se permettre de jouer un peu avec les sous-genres et, par exemple, de jouer un peu de house puis de la minimale, mais on ne peut pas se permettre de faire les montagnes russes. Ça ne convient ni au public, ni aux artistes", déclare Mathieu, soucieux de conserver l'ambiance de rave qui règne sur la deuxième scène la plus fréquentée du festival.

Calvin Van der Ghinst

La 29e édition du festival de Dour aura lieu du 12 au 16 juillet. Infos et tickets sur www.dourfestival.eu

Nos partenaires