En images: avant l'horreur, juste un putain de concert de rock'n'roll

16/11/15 à 10:15 - Mise à jour à 11:21

C'est alors qu'ils entamaient ironiquement Kiss the Devil que la scène a tourné au carnage. Avant ça, les Eagles of Death Metal donnaient un concert tout ce qu'il y a de plus "classique" au Bataclan. Sur les photos prises avant les événements, des sourires. Beaucoup de sourires.

Ces photos seraient sans doute passées inaperçues dans un contexte différent. Mais les événements tragiques de vendredi en ont décidé autrement. Eagles of Death Metal (qu'on devait d'ailleurs aller voir deux jours plus tard à Bruxelles, ironie du sort) jouaient depuis environ 40 minutes sur la scène du Bataclan, mais une poignée de connards (on pèse les mots) a décidé qu'il en serait autrement.

Sur les clichés du photographe parisien Emmanuel Wino, vraisemblablement prises lors des trois premiers morceaux du concert (c'est d'usage), soit bien avant l'horreur, une chose frappe: les sourires dans le public comme sur la scène. 1500 personnes étaient là pour s'amuser, car c'est là l'essentiel du message délivré par la bande à Jesse Hughes. Un blues-rock bourré de second degré, qui joue des clichés et se regarde la braguette ouverte plutôt que le nombril.

La tournée d'EODM a bien entendu été annulée dans la foulée. Nick Alexander, membre du staff qui s'occupait de vendre les t-shirts, fait partie des victimes. Le groupe aura préféré rentrer en Californie se consoler auprès des familles. Face à la haine, l'amour. Peace, love, death metal.

>> À lire sur LePoint.fr: Les musiciens du groupe Eagles of Death Metal racontent leur calvaire

Nos partenaires