Chilly Gonzales: "Sans Liszt, pas de Kanye West ni de Frank Sinatra"

05/10/15 à 12:13 - Mise à jour à 06/10/15 à 15:56

Source: Focus Vif

Sur son dernier album, le musicien-chanteur-rappeur-performer Gonzales donne sa version de la musique de chambre, accompagné d'un quatuor à cordes. Et explique que Kanye West doit tout à Liszt. Explications avant son double concert à Flagey.

Gonzales n'habite désormais plus Paris. "Mais je reviens tout le temps. J'y ai toujours mon label, et je termine généralement l'enregistrement de mes disques dans un studio pas loin." Le reste du temps, Gonzales, alias Jason Beck (1972), vit à Cologne, "à trois heures de train", endroit "moins stressant et distrayant" que la capitale française, et où "les gens sont d'un réalisme très agréable". Pour quelques jours, le chanteur-rappeur-performer-musicien-gonzo, né au Canada, reçoit donc les journalistes dans un pied-à-terre occasionnel, pas très loin de son ancien appartement de Pigalle. On se souvient l'y avoir rencontré en 2011 pour une discussion animée sur sa trajectoire pop iconoclaste, entre piano solo (deux disques), comédie sportive existentialiste (Ivory Tower), record du monde (le plus long concert solo: plus de 27 heures) et collaborations en tous genres (Feist, Peaches, Jane Birkin...). Depuis, l'homme a passé le cap des 40 ans et s'est retrouvé notamment au générique du Random Access Memories de Daft Punk. Au printemps, il sortait Chambers, disque quasi intégralement instrumental, accompagné d'un quartet de cordes. Sur le fond, le discours -tendu, à contre-courant, voire provoc-, n'a pas foncièrement changé. Sur la forme, par contre, le propos est plus apaisé, presque serein. "Avec Chambers, je voulais me lancer dans l'écriture d'une musique pour un quatuor à cordes. J'ai donc contacté le Kaiser Quartett de Hambourg, et j'ai commencé à leur envoyer des choses. Mais ce n'est vraiment que quand j'ai appris à mieux connaître chacun des membres que tout s'est mis en place. C'est normal: quand je travaille avec Feist, je n'écris pas pour une voix féminine dans l'absolu, mais pour une personne en particulier. Ici, c'était la même chose. J'ai écrit pour Martin, Ingmar, Adam et Jansen." Sur le morceau Myth Me, en toute fin de disque, Gonzales croone ainsi: "Maybe I'm not so cold-blooded." Peut-être en effet...
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires