Facebook veut se positionner comme une alternative à YouTube

21/02/17 à 13:37 - Mise à jour à 13:36

Le réseau social Facebook cherche à séduire les labels de musique pour devenir une alternative à YouTube pour la diffusion de de vidéos.

Facebook veut se positionner comme une alternative à YouTube

© AFP

Selon un article paru sur Bloomberg, le réseau social Facebook chercherait à conclure des accords avec différents acteurs de l'industrie musicale. Les représentants de la firme étaient d'ailleurs présents à une soirée organisée par Universal Music à Los Angeles en marge de la cérémonie des Grammy Awards 2017. Parmi les autres entreprises qui participaient à cet évènement, on trouvait les grosses écuries du streaming Spotify et Apple, le service de radio en ligne Pandora et bien évidemment YouTube, le principal concurrent de Facebook.

Ces accords permettraient à Facebook d'obtenir des vidéos musicales provenant directement des labels, mais pour cela, le réseau social devra réguler les vidéos que ses utilisateurs génèrent sur le site, ce qui n'est pas le cas pour le moment. Faute d'arrangement entre Facebook et les labels, de nombreuses vidéos sont signalées pour atteinte aux droits d'auteur.

Si les manquements de la firme de Mark Zuckerberg ne plaident pas en leur faveur, un accord entre les différentes parties semble inévitable. Facebook compte près de 2 milliards d'utilisateurs dans le monde, ce qui représente un marché énorme pour l'industrie musicale qui pourrait en tirer des milliards de dollars de recettes. Ils pourraient également utiliser cet accord pour mettre la pression sur YouTube qui, malgré le large succès de la plateforme, est de plus en plus critiquée pour son laxisme quant au respect des droits d'auteur.

Un accord avec Facebook ferait office d'événement dans le monde de la musique et pourrait ouvrir la voie à l'arrivée d'autres réseaux sociaux comme Snapchat. Mais d'un autre côté, cela reviendrait à donner aux utilisateurs un accès gratuit au contenu, ce qui pourrait perturber les bons chiffres réalisés par les services de streaming comme Spotify ou Apple Music.

On est encore loin d'un accord, car Facebook ne dispose pas d'un logiciel pour détecter les infractions aux droits d'auteur contrairement à YouTube et son Content ID qui compare les vidéos mises en ligne pour éviter qu'un utilisateur utilise des sons ou des extraits qui ne lui appartiennent pas. Mais récemment, le réseau social a débauché Tamara Hrivnak, une ex-directrice de chez YouTube, pour qu'elle s'occupe de la stratégie musicale de Facebook et a annoncé qu'il combattrait activement le piratage et qu'il partagerait les gains liés à la publicité.

Ce qui est sûr, c'est que Facebook mettra tous les moyens en place pour que ses utilisateurs n'aient plus à passer par la plateforme YouTube qui appartient à Google, son plus grand concurrent.

Nos partenaires