Martine a 60 ans: les meilleurs détournements

04/06/14 à 10:23 - Mise à jour à 13:34

60 ans et 150 millions d'albums vendus dans 15 pays différents: l'héroine de la jeunesse créée par Gilbert Delahaye et Marcel Marlier fait indéniablement partie du paysage culturel. À tel point que les internets s'amusent à parodier les couvertures de ses albums depuis des années. Florilège.

D'autres détournement et un générateur de covers de Martine sur le site de Nintendo Town.

Martine, l'héroïne de la littérature de jeunesse, fête cette année son 60e anniversaire. Plusieurs événements sont prévus dans ce cadre, notamment un week-end familial organisé au Domaine de Chevetogne ces 8 et 9 juin.

Soixante albums des aventures de la jeune fille ont été édités par Casterman, depuis Martine à la ferme en 1954 jusqu'à Martine et le Prince mystérieux en 2010. Pas moins de 110 millions d'exemplaires ont été vendus en langue française et 40 millions en langues étrangères. De la Chine à la Pologne en passant par l'Italie, la Serbie ou encore la Hongrie, Martine est présente dans 15 pays. Selon les langues, elle s'appelle Anita, Tiny, Maja, Zana, Debbie, Aysegül ou encore Marika.

Les aventures de Martine sont le fruit d'une collaboration entre le scénariste Gilbert Delahaye et le dessinateur Marcel Marlier. A la mort du premier en 1997, c'est Jean-Louis Marlier qui assiste son père Marcel dans sa tâche. Ce dernier décède le 18 janvier 2011, à l'âge de 80 ans.

Les premiers albums de la série "sont en phase avec l'air du temps des années cinquante. Gilbert Delahaye et Marcel Marlier expriment les aspirations d'une génération éprouvée par la guerre et qui souhaite un monde meilleur pour ses enfants", détaille l'éditeur. L'héroïne a toutefois évolué avec son époque et la collection constitue, aujourd'hui, un témoignage incontournable de la société de la seconde moitié du XXe et du début du XXIe siècle. Des tenues de la jeune fille aux décors et aux thématiques évoquées, les illustrations de Marcel Marlier sont "une merveilleuse vitrine de l'évolution technologique et de la modernisation de nos pays".

Le 50e anniversaire de la jeune fille avait déjà été l'occasion d'inaugurations diverses, notamment une statue érigée à Tournai et une fresque peinte sur une façade de 17 mètres de hauteur pour 11 mètres de large, à Laeken (Bruxelles).

Une décennie plus tard, plusieurs lieux se mobilisent, à commencer par le Domaine de Chevetogne qui, depuis 2003, réunit le temps d'un week-end, tous les fans de Martine auxquels sont proposés des ateliers créatifs, une exposition de dessins, des jeux en bois, des spectacles... D'autres parcs en province de Liège et à Bruxelles proposeront des événements similaires cet été.

Le patron du Domaine de Chevetogne, Bruno Belvaux, proche de Marcel Marlier, rappelle l'importance que tenait la nature en général tout au long de l'oeuvre, décelant même un comportement précurseur de l'héroïne. "Dans le premier album, Martine à la ferme, elle est résolument environnementaliste. On est pourtant 30 ans avant l'émergence de l'écologie politique", commente-t-il.

Plusieurs sorties autour de l'univers de Martine sont prévues par Casterman dans le cadre de ce 60e anniversaire, dont un recueil hommage intitulé Du croquis au dessin final, qui reprend plusieurs croquis de Marcel Marlier, une occasion, selon l'éditeur, "d'entrer dans l'intimité du créateur et de son personnage".

En savoir plus sur:

Nos partenaires