Le film de la semaine: Marguerite, la cantatrice fausse

15/09/15 à 11:49 - Mise à jour à 11:46

Source: Focus Vif

DRAME | Xavier Giannoli signe un fascinant portrait de femme, celui d'une cantatrice à qui son entourage cache qu'elle chante atrocement mal. Un film gigogne, avec Catherine Frot, impériale.

Le film de la semaine: Marguerite, la cantatrice fausse

Catherine Frot dans Marguerite de Xavier Giannoli © Larry Horricks

L'illusion et le mensonge sont de puissants moteurs de fiction, et Xavier Giannoli l'a fort bien compris qui, comme dans A l'origine, en fait les ressorts de Marguerite. Soit, dans le Paris des années 20, et librement inspirée de la soprano américaine Florence Foster Jenkins, l'histoire de Marguerite Dumont (Catherine Frot), femme fortunée passionnée de musique, et s'imaginant un destin de cantatrice bien que chantant atrocement faux. Une illusion dans laquelle l'entretiennent ses proches, mari (André Marcon) et autres qui, même si chacun de ses concerts privés tourne au supplice pour ses auditeurs, se gardent bien de lui dire la vérité. Jusqu'au jour où elle se met en tête de se produire à l'Opéra...

Débutant sous des airs de farce -entendre Marguerite chanter, c'est penser irrésistiblement à la Castafiore-, le film de Xavier Giannoli glisse insensiblement vers la tragédie intime, sans pour autant se départir de sa fantaisie. Finement ciselée par le réalisateur, la partition est aussi exécutée à la perfection par Catherine Frot, l'actrice apportant à ce portrait de femme une intensité et une vérité humaine bouleversantes, pour livrer une maîtresse composition, à la mesure d'une oeuvre d'une rare richesse.

DE XAVIER GIANNOLI. AVEC CATHERINE FROT, ANDRÉ MARCON, MICHEL FAU. 2H07. SORTIE: 16/09.

Dans le Focus du 11 septembre, notre interview de Xavier Giannoli.

Nos partenaires