[Le film de la semaine] Les Gardiennes, de Xavier Beauvois

05/12/17 à 15:25 - Mise à jour à 15:25
Du Le Vif Focus du 01/12/17

DRAME | Une oeuvre émouvante et âpre, superbement interprétée, s'appuyant sur une reconstitution d'époque ne virant jamais au folklore.

[Le film de la semaine] Les Gardiennes, de Xavier Beauvois

Après une permission passée à la ferme familiale, Constant a remis l'uniforme pour retourner au front. Il marche sur le chemin, en s'éloignant de nous, de la caméra qui panoramique lentement vers la droite, vers sa mère qui le regarde et qu'on va découvrir en bord de cadre au moment exact où Constant atteint la brume matinale qui l'efface -littéralement- de notre vue. Le plan est parfait, maîtrisé, sublime. Il dit tout de la tristesse du départ et de l'angoisse maternelle de ne jamais voir revenir le fils aimé, en ces jours de 1915 où la guerre tourne au massacre. Les Gardiennes chronique l'espoir et l'attente, l'inquiétude et aussi le travail harassant que l'absence des garçons partis au combat impose à Hortense et à sa fille Solange, que viendra aider Francine, une jeune fille de l'assistance publique. Nathalie Baye, sa fille Laura Smet et Iris Bry (révélation majeure!) sont au coeur du très beau film de Xavier Beauvois. Le réalisateur des déjà magnifiques Nord, Le Petit Lieutenant (avec Baye) et Des hommes et des dieux, signe avec Les Gardiennes une oeuvre émouvante et âpre, superbement interprétée, s'appuyant sur une reconstitution d'époque ne virant jamais au folklore, mais dont se dégage au contraire une vérité profonde. La sensualité souvent douloureuse du style n'impose aucun carcan à l'expression de personnages fort bien dessinés par le script de Beauvois, Frédérique Moreau et Marie-Julie Maille (adaptant le roman écrit en 1924 par Ernest Pérochon). D'autres guerres, d'autres départs, d'autres deuils et d'autres résiliences se sont produits depuis, et se produisent encore. Du particulier d'un coin de France rurale dans les années 1910, Les Gardiennes fait un spectacle d'une bouleversante universalité.

De Xavier Beauvois. Avec Nathalie Baye, Laura Smet, Iris Bry. 2h14. Sortie: 06/12. ****(*)

Nos partenaires