Le film de la semaine: La Isla Minima, captivant

14/07/15 à 15:29 - Mise à jour à 15/07/15 à 12:06

Source: Focus

Le film d'Alberto Rodriguez creuse son propre sillon d'horreurs dérobées au regard, de non-dits révélateurs, de crimes terrifiants enfouis peu profond, entre terre et eau.

Le film de la semaine: La Isla Minima, captivant

© DR

L'Espagne en 1980. Franco est mort depuis quelques années seulement, et son ombre plane encore, qui provoquera le putsch militaire (avorté) de 1981. Des deux flics débarquant dans un coin perdu d'Andalousie pour y mener une enquête sur le meurtre de deux adolescentes, l'aîné a un passé franquiste, le cadet d'évidents penchants à gauche. De quoi nourrir entre eux une certaine méfiance que la solidarité de corps, augmentée des dangers courus ensemble, compensera peut-être... Nous sommes sur le Guadalquivir, non loin d'une mer avec laquelle le ciel se confond parfois. Une zone d'entre deux, comme le rapport entre les deux policiers, comme ce que vit le pays. Le cadre est idéal, et filmé d'admirable façon, avec un réalisme cru que viennent travailler de sombres et beaux décalages, une approche esthétique chevillée au sujet et à ses nombreuses résonances. Cela s'appelle le style. Et si le rapprochement avec la (géniale) série télévisée américaine True Detective fait de fascinants échos, le film d'Alberto Rodriguez creuse son propre sillon d'horreurs dérobées au regard, de non-dits révélateurs, de crimes terrifiants enfouis peu profond, entre terre et eau. L'interprétation de Raul Arevalo et Javier Gutierrez est rugueuse, par moments féroce, absolument remarquable. Et le toujours passionnant Antonio de la Torre (Azul, Volver, Balada triste de trompeta) vient ajouter sa touche personnelle à un film de genre captivant.

  • FILM POLICIER D'ALBERTO RODRIGUEZ. AVEC RAUL AREVALO, JAVIER GUTIERREZ, ANTONIO DE LA TORRE. 1 H 44. SORTIE: 15/07.

Nos partenaires