Le film de la semaine: It Follows, le péril jeune

24/03/15 à 15:25 - Mise à jour à 25/03/15 à 09:44

Source: Focus

HORREUR | Avec ce film d'horreur discrètement virtuose jouant de la frontière entre visible et invisible, David Robert Mitchell confirme qu'il est l'un des grands espoirs du cinéma indé américain de demain.

Le film de la semaine: It Follows, le péril jeune

Maika Monroe dans It Follows © DR

Cinq ans après The Myth of the American Sleepover, tendre coming-of-age movie actant la dissolution inexorable de l'innocence enfantine dans le grand bain trouble de l'adolescence, David Robert Mitchell revient avec un ingénieux petit film de genre auteuriste tout en crescendos et decrescendos, à l'instar de son imparable BO anxiogène signée Disasterpeace (le jeu vidéo indie FEZ). Hommage inspiré à quelques pères spirituels du jeune cinéaste américain, Jacques Tourneur et son fameux Cat People en tête -une scène d'angoisse paroxystique à la piscine-, ce deuxième long métrage formellement hyper maîtrisé plonge une poignée de teenagers dans un cauchemar éveillé, un virus sexuellement transmissible les confrontant à des visions d'horreur auxquelles ils semblent ne pouvoir échapper. Portrait sans fard d'une génération rongée par la culpabilité et par la peur dans un monde au bord du gouffre -Détroit et ses ruines-, It Follows parle avant tout de transformation: d'adolescents en adultes, d'êtres humains en monstres, de jeunesse éternelle en mort en sursis -on pense plus d'une fois au Black Hole de Charles Burns. Si son obsession pour les motifs géométriques, la verticalité et les liquides est parfaitement raccord avec ses enjeux sexuels, le film use aussi intelligemment du surcadrage, de la profondeur de champ et des possibles apparitions que ceux-ci autorisent afin de donner corps à une menace qui, comme dans un film de zombies, se veut essentiellement lancinante, puisqu'elle s'incarne dans une forme de lenteur. Mortel!

DE DAVID ROBERT MITCHELL. AVEC MAIKA MONROE, KEIR GILCHRIST, DANIEL ZOVATTO. 1 H 40. SORTIE: 25/03.

Dans le Focus du 20 mars, l'interview de David Robert Mitchell.

Nos partenaires