"La différence entre Alien et Life, c'est qu'aujourd'hui, il semble impossible d'envisager l'avenir"

19/04/17 à 11:20 - Mise à jour à 11:38
Du LeVif Focus du 14/04/17

Avec Life, le cinéaste suédois Daniel Espinosa s'attaque à la science-fiction, pour signer un fort estimable thriller horrifique, réminiscent de Alien.

Révélé il y a une demi-douzaine d'années par Snabba Cash, un petit polar madré, le Suédois Daniel Espinosa a ensuite rallié le contingent nordique de Hollywood, suivant cette "scandinavian trail" empruntée avec des fortunes diverses par les Lasse Hallström, Nicolas Winding Refn, Stellan Skarsgård ou autre Mads Mikkelsen. Après le thriller dans Safe House et Child 44, le voilà qui tâte de la science-fiction avec Life, un huis clos racontant l'odyssée de l'équipage d'une mission spatiale n'étant pas au bout de ses surprises lorsqu'il découvre avoir embarqué sur Mars un échantillon d'une forme de vie extra-terrestre... "Réaliser un film de science-fiction me paraissait impossible en Suède, commence le cinéaste. Mais tous les réalisateurs rêvent de s'y frotter un jour. À mes yeux, même un film comme Le Silence, de Bergman, relève du genre, parce qu'il en a certaines caractéristiques. Au cinéma, la SF se limite souvent à un espace intérieur confiné -il s'agit, pour ainsi dire, de films de sous-marins, en termes de perspective. L'intérêt fondamental de placer des gens dans un tel espace tient à l'anxiété qui peut alors jouer à deux niveaux: le fait d'être perdu dans l'éternité et le néant, combiné à un sentiment claustrophobique. Voilà pourquoi Tarkovski s'y est essayé avec Solaris, Kubrick avec 2001 et d'autres encore, comme Carpenter, Cuaron, Nolan ou Scott..."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires