Critique ciné: Valentin Valentin

13/01/15 à 12:00 - Mise à jour à 14/01/15 à 16:41

Source: Focus

FILM POLICIER | Pascal Thomas a trouvé son terrain de jeu préféré du côté de l'adaptation de romans policiers britanniques et féminins.

Critique ciné: Valentin Valentin

Vincent Rottiers et Marie Gillain dans Valentin Valentin © DR

Un grand immeuble blanc dans un quartier calme et confortable de Paris. Le jeune homme qui s'y est installé voici quelque temps déjà se prénomme Valentin. Ses beaux yeux, son attention aux autres, lui amènent l'intérêt des femmes et la sympathie des hommes. Assurément populaire, Valentin va pourtant mourir assassiné... Pascal Thomas a trouvé son terrain de jeu préféré du côté de l'adaptation de romans policiers britanniques et féminins. Il a retrouvé le succès avec de petits bijoux de comédies criminelles transposées d'Agatha Christie (Mon petit doigt m'a dit, L'Heure zéro, Le Crime est notre affaire, Associés contre le crime). Pour Valentin Valentin, il adapte une autre romancière et non des moindres: Ruth Rendell, naguère inspiratrice de Chabrol, Miller et Almodovar. L'intrigue chorale rassemble autour du héros (que joue Vincent Rottiers) tout un petit monde fait d'étudiantes en coloc', de voisins serviables, mais aussi d'Asiatiques suspicieux et d'un concierge pédophile. Sans oublier la maîtresse de Valentin (Marie Gillain), nymphomane et mariée à un époux jaloux... Entre humour et noirceur, mystère et légèreté, les éléments d'un cocktail goûteux sont réunis. Mais la pâte, cette fois, ne prend pas, ou par endroits seulement. Thomas dirigeant à la paresseuse un ensemble disparate, qu'il peine à articuler. Le plaisir est sporadique, la déception domine, l'absurde engendre malheureusement le vide.

  • De Pascal Thomas. Avec Vincent Rottiers, Marilou Berry, Marie Gillain. 1h46. Sortie: 14/01.

Nos partenaires