Critique ciné: Une douce révolte, "l'action au-delà de l'indignation"

05/05/15 à 15:36 - Mise à jour à 16:53

Source: Focus

DOCUMENTAIRE | Manuel Poutte observe les alternatives non violentes à la loi du marché. Un film fragile et solidaire, comme son sujet.

Critique ciné: Une douce révolte, "l'action au-delà de l'indignation"

Une douce révolte © DR

Ce n'est pas le "grand soir" promis par les révolutionnaires du XXe siècle, ce bouleversement majeur entraînant le renversement du capitalisme et l'avènement d'une société nouvelle, censément plus juste. Manuel Poutte filme simplement les petits matins d'un espoir de changement porté par des initiatives modestes, incarnations souvent fragiles encore d'une voie (et de voix) alternative(s). Il scrute de sa caméra l'émergence d'un espoir concret de vivre autrement, à rebours du tout au marché, de la croissance élevée en dogme et en unique réponse aux si nombreux problèmes de l'époque. Les images du cinéaste belge (réalisateur de La Danse des esprits, Les Tremblements lointains et Fritkot) cadrent à hauteur humaine, avec une attention complice, ces petits ruisseaux d'économie solidaire, de réinvention des échanges, qui pourraient un jour devenir une rivière. L'économie bien sûr, la politique, la finance, l'action citoyenne, sont les terrains sur lesquels Poutte va chercher les démarches et les intervenants animant son documentaire au joli titre d'Une douce révolte.

L'utopie à l'épreuve du réel

On fait notamment la connaissance de Paul Ariès, qui se définit lui-même comme "objecteur de croissance", de Jean-Baptiste Godinot qui porte la parole du "Rassemblement R" (comme Résister, Ré-enchanter, Ralentir, Refonder, Relocaliser, Redistribuer, Revivre), de René Balme, maire de Grigny où il organise un "forum de la désobéissance", et des époux Vachette avec leur "Accorderie de Chambéry" où s'échangent gratuitement services et savoirs. On entend se développer des idées sur la monnaie dite "complémentaire", sur le "slow food" et les villes lentes ("cittaslows"), la démocratie participative, l'agriculture de proximité. On découvre aussi ce merveilleux concept qu'est la banque du temps! Des utopies? Certes, mais pour la plupart mises en pratique. "L'action au-delà de l'indignation!" étant le mot d'ordre affiché sur la page Internet du film. D'aucuns croiront résumer les choses en parlant de doux rêveurs aux initiatives forcément et définitivement marginales. D'autres, au sein même du mouvement alternatif, verront une limite rédhibitoire à la non-violence qui s'érige en principe chez ceux que Manuel Poutte appelle "les chambouleurs du monde". Une douce révolte n'en fait pas moins son petit chemin dans les têtes, invitant à prendre le temps de réfléchir... et aussi -oui- de rêver. Utile en ces temps de crise permanente, de montée de la misère et de vacillement de nos démocraties.

DOCUMENTAIRE DE MANUEL POUTTE. 1H09. SORTIE: 06/05.

En savoir plus sur:

Nos partenaires