Critique

Le film de la semaine: Una Via a Palermo, parabole sur l’étroitesse d’esprit

Alba Rohrwacher dans Una Via a Palermo © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DRAME | Una Via a Palermo consacre les retrouvailles de Alba Rohrwacher avec Emma Dante, la metteuse en scène qui la fit débuter sur les planches.

Une ruelle, et deux voitures engagées dans des directions opposées: il n’en faut guère plus à Emma Dante, réalisatrice issue du théâtre, pour signer un film étonnant, trouvant sa force dans sa simplicité même. Soit donc Palerme, par un chaud dimanche d’été. Venues assister à un mariage, Rosa et Clara se perdent dans les méandres de la ville. Et de se retrouver Via Castellana Bandiera, nez-à-nez avec un autre véhicule où s’est entassée la famille Calafiore, sous la conduite de Samira, la grand-mère. Les deux conductrices préférant la diplomatie du klaxon au dialogue, et campant fermement sur leur position, le banal incident tourne à l’aigre, sans que quiconque ne semble en mesure de calmer les esprits…

Empruntant à la dramaturgie du western, Una Via a Palermo tient du duel au soleil, l’obstination de ses deux protagonistes (Emma Dante elle-même, face à Elena Cotta, prix d’inteprétation à Venise) confinant bientôt à l’absurde destructeur. Soit un film à l’évidente portée métaphorique, parabole sur l’aveuglement et l’étroitesse d’esprit à laquelle la cinéaste donne une expression visuelle affutée, culminant dans un ultime plan proprement sidérant…

  • DRAME DE ET AVEC EMMA DANTE. AVEC ALBA ROHRWACHER, ELENA COTTA, RENATO MALFATTI. 1H34. SORTIE: 09/07.
  • Dans le Focus du 4 juillet, l’interview d’Alba Rohrwacher.
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content