Critique

[Le film de la semaine] Beast de Michael Pearce, une révélation

Johnny Flynn dans Beast de Michael Pearce © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

THRILLER | Il plane sur ce film lorgnant vers le cinéma de genre un climat sombre et angoissant, baigné encore de claustrophobie insulaire.

[Le film de la semaine] Beast de Michael Pearce, une révélation

L’île de Jersey prête son cadre, sauvage, à Beast, le premier long métrage de Michael Pearce. Un environnement idoine, le récit adoptant des contours tourmentés sur les pas de Moll (Jessie Buckley), jeune fille rebelle s’éprenant un jour, en dépit de la réprobation familiale, de Pascal (John Flynn), un marginal un peu trouble promptement soupçonné d’être un tueur en série. Et le couple de faire front, seul contre tous. Il plane sur ce film lorgnant vers le cinéma de genre un climat sombre et angoissant, baigné encore de claustrophobie insulaire. Impressions que Michael Pearce manie avec maestria, pour signer une oeuvre viscérale et déroutante, conte de fées décalé qu’il emmène en d’étonnants et malaisants territoires, et auquel son duo d’acteurs confère une puissance exceptionnelle -Jessie Buckley, en particulier, concentré incandescent de vulnérabilité et de feu intérieur. Une révélation, évoquant aussi bien le cinéma d’Andrea Arnold que le Lady Macbeth de William Oldroyd.

De Michael Pearce. Avec Jessie Buckley, John Flynn, Geraldine James. 1h47. Sortie: 20/06. ****

>> Lire également notre interview de Michael Pearce (dans le Focus du 21 juin).

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content