Critique

Critique ciné: Tous les chats sont gris, la quête du père

Bouli Lanners dans Tous les chats sont gris de Savina Dellicour © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DRAME | La réalisatrice belge Savina Dellicour, formée à l’école britannique, signe un premier long métrage aux couleurs d’adolescence en recherche.

Dorothy a seize ans. Issue d’une bourgeoisie bruxelloise aux codes bien définis, elle se retrouve en rupture avec ce milieu trop policé, où ses questionnements d’adolescente ont du mal à résonner. D’autant que son interrogation majeure est de savoir qui peut bien être son père biologique. Un secret persistant, qu’un détective privé pourrait peut-être percer… à moins qu’il ne connaisse déjà la réponse. La jeune Manon Capelle et un Bouli Lanners tout en nuance forment un tandem convaincant dans le premier long métrage de Savina Dellicour. Un film simple et subtil à la fois, que plusieurs festivals (dont ceux d’Annonay et de Santa Barbara) ont déjà méritoirement consacré.

DE SAVINA DELLICOUR. AVEC BOULI LANNERS, MANON CAPELLE, ANNE COESENS. 1H24. SORTIE: 29/04.

Dans le Focus du 24 avril, notre interview de Savina Dellicour.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content