Critique

[Critique ciné] Minding the Gap: film-thérapie d’une désarmante sincérité

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

DOCUMENTAIRE | Durant douze ans, le cinéaste sino-américain Bing Liu est retourné dans sa petite ville natale de Rockford, Illinois, pour y filmer ses amis skateurs.

Durant douze ans, le cinéaste sino-américain Bing Liu est retourné dans sa petite ville natale de Rockford, Illinois, pour y filmer ses amis skateurs. S’emparant du milieu qu’il choisit d’investir comme d’un simple prétexte pour traiter du désoeuvrement profond d’une jeunesse avant tout désireuse de s’arracher à la condition peu enviable qui est la sienne, il propose davantage un portrait de groupe à dimension sociale qu’un catalogue d’exploits sportifs, par ailleurs tout à fait grisants. Film-thérapie primé à Sundance l’année passée et nommé à l’Oscar du meilleur documentaire en février dernier, Minding the Gap traite de résilience sur un mode très personnel, partagé entre frontalité quasi voyeuriste et désarmante sincérité.

De Bing Liu. 1 h 33. Sortie: 05/06.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content